Archives de catégorie : Chabi

Celui qui fait la volonté de Dieu est pour moi un frère

“Faire la volonté de Dieu n’est pas une obligation ; c’est notre dignité d’enfant de Dieu, notre identité de frère ou sœur de Jésus Christ.”

Lectures : 10ième dimanche du temps ordinaire : Gn3,9-15/2Co4,13-5,1/Mc3,20-35

CELUI QUI FAIT LA VOLONTÉ DE DIEU, EST POUR MOI UN FRÈRE, UNE SŒUR, UNE MÈRE.
Bien aimés de Dieu, dans l’évangile de ce dixième Dimanche Ordinaire Année B, des scribes font un voyage de Jérusalem jusqu’à Capharnaüm pour interroger Jésus. Parce qu’ils ont entendu parler de sa réputation de prédicateur et des miracles qui accompagnaient l’autorité de ses enseignements. Ils pensaient que Jésus est un thaumaturge possédé par un démon… d’où leur affirmation : « c’est par Béelzéboul-le chef des démons- qu’il expulse les démons.»
Alors arrivent sa mère et ses frères. Restant au-dehors, ils le font appeler de peur que ses actes et ses déclarations n’entraînent pour lui des exactions voire même une lapidation pour blasphème. Cependant, la réponse de Jésus « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? » n’est pas un désaveu de sa famille terrestre. Il rappelle simplement sa mission : amener tous les hommes à réaliser cet état de fils et filles de Dieu, cet état de frères et soeurs du Fils de Dieu, héritiers du Royaume éternel promis à tous.
Ainsi, en réalisant qu’en Jésus Christ, par notre baptême, nous sommes les enfants bien-aimés du Père, faire la volonté de Dieu n’est plus une obligation ; cela s’impose à notre dignité d’enfant de Dieu et à notre identité de frère ou soeur de Jésus Christ. Et ce, non pas comme une loi ou un commandement extérieur, mais surtout comme un élan impérieux. Celui qui fait la volonté de Dieu, est pour moi un frère, une soeur, une mère. Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : Voici ma mère et mes frères.

Père Rodrigue Chabi

 

Orgue :Au grand Orgue, Guy Didier

– Entrée: “Prélude improvisé”
– Offertoire: “4ième mouvement de la 4ième sonate” (A. Guilmant)
– Communion: “Fugue en Ut majeur” (J. Pachelbel)
– Sortie: “Grand Choeur” (C. Franck)

Sur wikipedia :

Les autres homélies du Père Rodrigue Chabi

A lire également : LA FiP de la semaine

Télécharger (PDF, 598KB)

_

Qu’ils soient un, comme nous-mêmes

“Prions Dieu qu’il nous donne la grâce de l’unité qui fera de nous des disciples missionnaires dans le monde.”

Lectures : 7ième dimanche de Pâques : Ac1,15-17.20a.c-26/1Jn4,11-16/Jn17,11b-19

« Qu’ils soient un, comme nous-mêmes » (Jn 17, 11b-19)

« PERE SAINT,
GARDE MES DISCIPLES UNIS DANS TON NOM »
Bien aimés de Dieu, entre la solennité de l’Ascension et la Pentecôte, les textes liturgiques de ce dimanche nous parlent de la prière. Dans l’Évangile il est question de la prière de Jésus. En effet, comme celui du dimanche dernier, l’évangile de ce jour nous renvoie aux dernières heures du Christ. Et nous pouvons constater qu’en ces derniers instants où Jésus veut quitter physiquement le monde, sa plus grande préoccupation, c’est l’unité de ses apôtres, l’unité de ces hommes choisi et envoyé là où il devrait lui même aller. Les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes ; pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. ». Priant ainsi pour l’unité de ses apôtres afin que le monde croie, Jésus fait de l’unité ce qui évangélise. La Bonne Nouvelle du Salut à transmettre au monde passe dès lors par notre unité dans la foi en Jésus, le Maître et par l’unité entre nous les messagers de la Bonne Nouvelle. Continuer la lecture de Qu’ils soient un, comme nous-mêmes

_

Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour

“Jérusalem peut aussi être notre cœur. A nous d’être les témoins de l’amour de Dieu et d’apporter notre joie ici”

Lectures : 3ième dimanche de Pâques :Ap3,13-15,17/1Jn2,1-5a/lc24,35-48

« Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour » (Lc 24, 35-48)

« Le Christ lui-même fût présent au milieu d’eux et leur dit : … A vous d’en être témoins. »

Bien-aimés de Dieu, l’Évangile de ce troisième dimanche de Pâques nous rapporte comment les disciples d’Emmaüs qui ont reconnu le Christ ressuscité à la fraction du pain repartent aussitôt à Jérusalem pour annoncer la bonne nouvelle aux disciples. Ils doivent en effet témoigner de tout ce qu’ils ont vu et entendu. Pour cela le Christ ouvre leur esprit à l’intelligence des écritures, c’est-à-dire non pas une connaissance de texte inerte, mais  à une actualisation et  à une compréhension de la Parole vivante de Dieu afin d’ en être témoins. Continuer la lecture de Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour

_