Archives par mot-clé : Pasteur

Conseil Paroissial des Affaires économiques

Présidé par le Père Stanislas Stawicki, ce conseil se compose de :

– Arlette Aubertin vice présidente
– Catherine Mazoyer
– Alain Raynal
– Philippe Capron
– Marina Lauret
– Stéphane Lavanant
– François de Bernis ( délégué diocesain )
– Eric Lenfant ( invité)
– Guy Didier ( invité)

Le code de Droit Canonique fait désormais une obligation à tout administrateur des biens de l’Eglise d’être assisté dans sa tâche par un conseil. C’est le cas du curé pour sa Paroisse.

Le Conseil, présidé par le curé, est composé de trois à douze membres.

Les conseillers sont nommés par le curé, avec l’accord exprès de l’archevêque, sur proposition du curé. Le mandat est de 6 ans, renouvelable une fois, sauf dérogation. Le Conseil est renouvelé par tiers, tous les deux ans.

Les responsabilités économiques de la Paroisse peuvent être synthétisées comme suit

Quelques principes élémentaires

  • – Traduire financièrement les choix pastoraux
  • – Assurer l’équilibre des recettes et des dépenses
  • – Outre la bonne gestion de la Paroisse, prendre en compte la nécessité de servir le bien commun de tout le Diocèse et de l’Eglise

La gestion proprement dite

  • – Gérer le personnel laïc
  • – Maîtriser la gestion du patrimoine immobilier
  • – veiller aux campagnes du Denier de l’Eglise
  • – Optimiser la gestion de la trésorerie de la Paroisse
  • – Établir budgets et comptes de la Paroisse
  • – assurer la gestion des achats et des fournitures

Les passations

  • – Préparer et suivre les passations
  • – Constituer la mémoire de la Paroisse

En donnant son avis ou son consentement, le Conseil économique paroissial agit, non seulement par souci de bonne gestion de la paroisse mais aussi avec la volonté de servir le bien commun de tout le diocèse et avec un esprit de solidarité envers tous.

PRODUITS DE FONCTIONNEMENT (en EUR)

Type Produit20212020Var.
Denier de l'église78 184,1069 807,7112,0%
Quêtes35 122,15 22 688,5754,8%
Casuel & Messes14 144,17 23 022,84 -38,6%
Offrandes & dons20 859,22 19 050,009,5%
Autres ress.fidèles360 755,28-52,3%
Ress Diverses28 416,51 27 502,26 3,3%
Revenus Immobiliers1 906
Total recettes 178 992214 350.889,9%

CHARGES DE FONCTIONNEMENT (EUR)

Type de Charge20212020Var.
Frais Clergé45 232,4047 601,60-5,0%
Frais Laïcs63 451,6467 225,03-5,6%
Frais Immeubles51 238,1435 896,8742,7%
Fourn. Culte et Fidèles13 159,907 910,08 66,4%
Autres frais34 500,7231 329,6310,1%
Solidarité diocésaine20 233,0026 848,00-24,6%
Autres charges pastorales 4 227,077 072,35-40,2%
Total dépenses 232 043 223 8843,6%
Résultat de fonctionnement-53 051-61 057

 

 

 

Pour contacter le Groupe du CPAE :

    Votre nom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Vous voulez contacter :

    Sujet

    Votre message

    Solennité Saint Vincent Pallotti

    Jésus ne nous envoie pas comme des loups au milieu des brebis ;  comme des loups parmi les loups ; ou encore, comme des loups déguisés en peau de brebis ! Mais bel et bien « comme des brebis au milieu des loups ».

    Solennité de Saint Vincent Pallotti – Lc 10, 1-9

    Luc Besson, cinéaste français bien connu qui a notamment réalisé le film sur sainte Jeanne d’Arc, disait au moment de la réalisation de ce film, qu’on ne peut pas saisir un saint/une sainte. On peut seulement s’approcher de lui/d’elle.

    C’est juste et vrai ! Un saint reste toujours un peu inaccessible comme Dieu lui-même. Cependant nous pouvons et devons l’approcher. La fête de saint Vincent Pallotti est une excellente occasion pour le faire. Et puisqu’en ce Troisième Dimanche du temps ordinaire nous célébrons le « Dimanche de la Parole de Dieu » – étant invités à mieux comprendre l’inépuisable richesse qui provient de ce dialogue constant de Dieu avec son peuple – permettez que nous allions nous rapprocher de saint Vincent Pallotti à partir de la Parole de Dieu, c’est-à-dire à partir du passage évangélique sur lequel l’Église nous fait réfléchir à l’occasion de sa fête. Nous allons nous concentrer sur deux petits points. Continuer la lecture de Solennité Saint Vincent Pallotti

    Le Fils de l’homme est venu donner sa vie pour la multitude

    Lectures du jour :

    La soif de grandeur et de pouvoir est terrible. Elle est nourrie en nous depuis le plus jeune âge. Nous aspirons tous à devenir les chevaliers du roi Arthur ou des princesses emprisonnées dans une tour en attendant le prince charmant.

    Avec le temps, en apparence, les fantasmes disparaissent. Mais en réalité, ils restent enfouis sous les cendres et guident secrètement nos choix et nos sentiments. L’éducation que nous recevons ne nous aide pas toujours à les maîtriser. En grandissant, notre vision des autres devient parfois encore plus confuse: les autres nous apparaissent comme des adversaires, des rivaux ou des concurrents.

    La soif de grandeur et de pouvoir est terrible, car elle ne cesse de s’autoalimenter. Même les disciples de Jésus, hier comme aujourd’hui, n’en sont pas libres. Nous le voyons très bien dans l’Évangile de ce dimanche: « Maître, donne-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire » – demandent Jacques et Jean, les fils de Zébédée.

    Pourquoi ce sont Jacques et Jean qui revendiquent ce privilège, et non pas les autres apôtres?

    – peut-être, parce qu’ils ont été les premiers à être appelés par Jésus?

    – peut-être, parce qu’ils affichent une possible parenté avec Jésus?

    – ou simplement à cause de leur caractère spontané et un peu brusque. En effet, ce n’est pas par hasard qu’ils ont été appelés par Jésus lui-même: « fils du tonnerre ».

    Et quelle est la réponse de Jésus?

    Très simple: « Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous: car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir ».

    Frères et sœurs, notre soif trouve la paix quand elle n’est plus une soif de pouvoir, mais une soif de service. Chrétiens, nous sommes donc appelés à imiter le Seigneur dans son don total, dans sa volonté d’être serviteur. En effet, la vie n’a de sens que lorsqu’elle est consacrée à quelqu’un ou à quelque chose. Par contre, la vie devient une obsession lorsque l’on se concentre uniquement sur sa propre soif. « Seul celui qui vit pour les autres, vit de manière responsable, c’est-à-dire vit vraiment » – disait Dietrich Bonhoeffer, grand théologien et pasteur protestant, qui a combattu le nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Et encore une petite chose. Il est surprenant de constater que Jésus ne semble pas être heurté par la requête des Jacques et Jean. Il leur répond simplement: « Vous ne savez pas ce que vous demandez ». Et c’est vrai! Nous demandons souvent à Dieu ce qui nous plait, et Lui, il nous donne ce qu’il nous faut! Dans ce contexte, je voudrais vous lire un texte anonyme d’une personne handicapée gravé sur une tablette de bronze dans un institut de réadaptation à New- York:

    « J’avais demandé à Dieu
    la force pour atteindre le succès;
    il m’a rendu faible,
    afin que j’apprenne humblement à obéir.

    J’avais demandé la santé,
    pour faire de grandes choses;
    il m’a donné l’infirmité,
    pour que je fasse des choses meilleures.

    J’avais demandé la richesse,
    pour que je puisse être heureux;
    il m’a donné la pauvreté,
    pour que je puisse être sage.

    J’avais demandé le pouvoir,
    pour être apprécié des hommes;
    il m’a donné la faiblesse,
    afin que j’éprouve le besoin de Dieu.

    J’avais demandé un compagnon,
    afin de ne pas vivre seul;
    il m’a donné un cœur,
    afin que je puisse aimer tous mes frères.

    J’avais demandé des choses
    qui puissent réjouir ma vie;
    j’ai reçu la vie,
    afin que je puisse me réjouir de toutes choses.

    Je n’ai rien eu de ce que j’avais demandé,
    mais j’ai reçu tout ce que j’avais espéré.
    Presque en dépit de moi-même,
    mes prières informulées ont été exaucées.

    Je suis, parmi tous les hommes,
    le plus richement comblé ».

    Père Stanislas