Archives par mot-clé : puissance

Dimanche de Pâques 2021 : laisse moi être le Vivant en toi

“Laisse-moi faire de ce tombeau le lieu de ma miséricorde et de mon amour !  Laisse-moi être le Vivant en toi, relever ta vie !”

Lectures du jour : 

Dans l’évangile que nous venons d’entendre, ce n’est pas une scène grandiose avec un Christ triomphant, revêtu de lumière qui nous est rapporté. Nous pouvons nous réjouir de cette discrétion, car elle ressemble bien à ce que nous vivons en ce moment.

 Nous voyons Marie Madeleine qui part « au tombeau de bon matin. » (…) « C’était encore les ténèbres. » Elle voit que la pierre du tombeau a été roulée, elle constate un tombeau vide et bien rangé et reste avec ses hésitations et ses doutes. Elle constate qu’on a enlevé le Seigneur du tombeau et elle ajoute : nous ne savons pas où on l’a mis. C’est l’aveu du non savoir, de la non foi, et elle va l’annoncer à Simon-Pierre et à l’autre disciple. Or ce dernier ne fait pas que constater comme Madeleine et Pierre, le tombeau vide : il a vu un tombeau vide et il a cru : il vit et il crut. Lui voit avec les yeux de la foi. Son amour lui fait voir ce dont les linges ne sont pas une preuve mais un signe.

Ce disciple il voit, avec le cœur, en véritable croyant.

Chacun, chacune, si nous sommes ici, ce matin, devant le tombeau vide, c’est  parce que Jésus est ressuscité. Et comme l’autre disciple, nous le croyons ! Voilà ce qui fait qu’aujourd’hui, comme depuis plus de 2000 ans, des hommes et des femmes mettent leur vie dans les pas du Christ. Comme ces trois adultes: Flora, Gabin, Marie, qui ont été baptisés ce matin à 6h30 lors de la célébration de la Vigile pascale.

Oui, Jésus est ressuscité et il nous invite, chacune et chacun à vivre en Ressuscité !  Ce matin, Jésus nous dit : peu m’importe que je sois ressuscité il y a deux mille ans, si je ne le suis pas pour toi aujourd’hui, si je ne ressuscite pas, au plus profond de toi même.

En ce tombeau encore fermé où trop souvent ton âme se complaît laisse-moi ressusciter !  Laisse-moi faire de ce tombeau le lieu de ma miséricorde et de mon amour !  Laisse-moi être le Vivant en toi, relever ta vie ! Ouvre les yeux, ceux de la foi, car y-a-t-il plus grande richesse que ma présence de Ressuscité en toi, en nous, toujours actuelle, toujours agissante, capable de faire rouler la pierre du tombeau, de tous les tombeaux qui meurtrissent nos vies, exaspérés par ce contexte de pandémie, dans une société marquée par la fragilité et tant d’inconnus aujourd’hui, capable de repousser les murs de nos refus d’aimer, d’ouvrir une brèche au bout de nos impasses, de nous relever quand notre péché, nos égarements nous plaquent au sol, capables de nous redonner l’espérance quand nous sommes fatigués, déçus, tristes, découragés, par tant de choses douloureuses que nous voyons,  ou quand les préoccupations de tous les jours nous écrasent et nous replient sur nous-mêmes.

Mais nous ne pouvons pas nous limiter à reconnaître que Jésus est vivant pour nous ; nous sommes appelés à attester aux autres qu’il est la vie du monde et la paix pour tous les hommes. Notre foi en l’Amour infini de Dieu plus fort que toute mort et que tout mal, ne nous invite-t-elle pas  à témoigner de cette certitude intérieure, de ce “trésor de Pâques” du Christ Ressuscité, Aujourd’hui, Dieu me dit, Dieu nous dit : “Tu es vivant… mais tu n’es pas un vivant voué à la mort, mais un mortel promis à la Vie“.

Puissions être ces hommes et ces femmes, croyant dans la puissance du Christ ressuscité qui vient nous rencontrer les uns les autres, des hommes et des femmes vivant du Christ ressuscité, c’est à dire attestant par notre manière de vivre et d’être, que nous avons été repêchés et donc rendus capables, à notre tour de contribuer à repêcher, par la force du Christ ressuscité, tous ceux qui sont en train de perdre pied, de se noyer, et il y en a tellement autour de nous aujourd’hui, qui cherchent un sens à leur vie.

La Résurrection, c’est en quelque sorte le débordement de vie et le surcroît de l’Amour; à profusion ! Non pas seulement pour demain, dans l’au-delà, mais pour l’aujourd’hui dans tout ce qui fait notre quotidien. Vivre Pâques au quotidien, c’est découvrir que le don de la vie recommence chaque matin pour celui qui garde la force fragile de la lumière espérance. Pâques n’existe pas en dehors de ce que nous vivons. En Lui ;, le Ressuscité, notre vie trouve la force dont elle a besoin pour continuer, pour avancer

Ouvrons-nous au don de l’Espérance, n’ayons pas peur de la Joie qui vient de la résurrection ! Christ est ressuscité, puissions-nous répondre de tout notre coeur: Oui Il est Vraiment ressuscité !

Père Francis Corbière

Les autres homélies du Père Francis Corbiere

paques_21

Explication de l’Evangile du dimanche 7 février pour les enfants

Explication de l’Evangile aux enfants

Lectures de ce dimanche

Chers parents, chers enfants, habituellement, lors des messes dominicales de notre paroisse, les plus jeunes sont invités à assister à l’explication de l’Evangile du jour, avec des mots simples. En raison des restrictions de déplacement, nous vous invitons à partager en famille la lecture de l’Evangile, et à l’expliquer à vos enfants avec vos propres mots.

Ce document peut vous aider à identifier des axes d’explication, et vous suggère une activité pour mieux comprendre l’Evangile.

Signe de croix

En entrant dans ce temps de partage de la Parole, faisons ensemble un beau signe de croix avec les enfants.

Introduction et contexte, rappel

Expliquer aux enfants que, même si nous n’allons pas à la messe ce dimanche, nous sommes en communion les uns avec les autres et que nous allons partager la Parole que Jésus nous transmet ce jour.

Dimanche dernier Jésus nous montrait sa puissance par un miracle, en délivrant un homme d’un esprit impur.

Thème du jour : Jésus aide les malades. Continuer la lecture de Explication de l’Evangile du dimanche 7 février pour les enfants

Quelle vocation de baptisé III ?

Avant de reprendre notre réflexion sur le baptême, arrêtons-nous sur une notion qui semble bien mal comprise en régime chrétien: celle de la liberté.

Hans KÜNG, dans son livre « L’Eglise » répond à cette question : « Qui donc est libre ? » dans l’Eglise primitive

Est libre celui qui est libre à l’égard du péché, qui ne veut pas vivre de soi, par soi et pour soi, mais de Dieu et, de cette manière justement, pour ses frères humains.

Dieu lui-même doit rendre libre l’homme non libre, et incapable de liberté, le libérer pour la liberté.

En Jésus-Christ, le nouvel homme libre, Dieu a promis, ouvert et donné à tous les hommes accès à la liberté nouvelle et véritable.

A l’homme pécheur qui pense trouver sa liberté, parce qu’il peut disposer de soi de façon autonome, il est dit qu’il n’acquiert la liberté qu’en laissant quelqu’un disposer de lui, Dieu qui l’adopte comme son enfant.

Après comme avant, l’homme peut pécher ; mais il n’y est plus contraint. Le péché n’a plus de force contraignante sur lui.

La liberté du chrétien est une liberté, une disponibilité pour servir Dieu et les autres.

En unissant paradoxalement indépendance et obligation, puissance et renoncement, autonomie et service, domination et servitude, la liberté du chrétien est une énigme pour le monde. Mais, pour le chrétien, cette énigme est résolue par ce qui fait le noyau de cette liberté : l’amour, la charité par laquelle la foi devient opérante.

Quelle bouffée d’air que d’entendre ces propos sur le péché et sur l’appel au discernement de la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait (Rm 12,2)

C’est la propre conscience de chacun qui est apte à distinguer le bien du mal, conscience éclairée par l’amour de Dieu !

En Christ, homme nouveau et vie nouvelle ! N’oublions pas de manifester au monde que nous sommes un peuple de sauvés.

Adrien CANDIARD relit pour nous la Lettre à Philémon. Philémon est un ami de Paul qui lui écrit à propos de la liberté de son esclave venu chercher protection auprès de Paul.

(Paul) a découvert que la sainteté n’est pas l’accomplissement de telle ou telle consigne impérative, ni l’ascension héroïque et épuisante vers des sommets de perfection qui le défient, mais l’alliance, l’amitié avec le Christ, la vie avec Dieu…

Paul va faire le bien, non parce qu’il craint le gendarme divin ou cherche à mériter son amour conditionnel, mais parce qu’il déborde de cet amour qu’il vient de recevoir en plein cœur.

Cette morale aura ses exigences (et bien plus que la précédente), parce qu’elle ne demande pas de lui telle ou telle action, mais le don de tout son être.

La vie chrétienne, c’est grandir en liberté, pas faire ce qu’on te dit, à chacun, son propre choix du bien. Paul ne peut pas forcer une conscience, même celle de son ami.

Dans la Lettre aux Galates, Paul se met en colère quand pointe la tentation, chez des chrétiens , de vivre la relation à Dieu dans une forme de servitude.

Dieu, le Père par excellence, préfère prévenir que punir.

Il y a des choix de vie qui sont des impasses, qui sont mortifères ; la Parole de Dieu  est là présente pour nous en protéger et conduire à la Vie.

Ne soyez pas étonnés de ces propos choisis. Il nous paraissait important de resituer le « oui » du baptême dans le don permanent, inconditionnel de l’amour du Père.

Promis, le prochain texte sur la notion de prêtre arrive très vite !

Bien fraternellement.

Blandine, Evelyne et Laurence