Archives par mot-clé : paix

Son “oui” nous montre le chemin de confiance – Homélie

Télécharger la feuille d’informations paroissiales du 01/01/23

Sainte Marie, Mère de Dieu – Lc 2, 16-21

Deux paroles illuminent pour les chrétiens le seuil de chaque année: Marie et la Paix.

Marie, parce que nous célébrons en ce jour la solennité de Sainte Marie, en tant que la Mère de Dieu, et parce que son « oui » à la volonté de Dieu nous montre le chemin de confiance et de disponibilité face à la nouvelle année qui commence. En effet, nous ne savons pas ce que cette nouvelle année nous apportera, mais Marie nous invite à regarder tout dans la confiance, car nous sommes dans les mains de Dieu.

La Paix, parce que depuis 56 ans l’Eglise prie en ce jour pour la paix d’une manière « institutionnelle » et universelle. En effet, c’est le Pape Paul VI qui instituât cette Journée Mondiale de la Paix en 1968. Depuis ce temps-là, chaque année les papes adressent un message spécial à l’occasion de cette journée. Le Message du pape François pour cette 56e édition est intitulé « Personne ne peut se sauver tout seul. Repartir après la Covid-19 pour tracer ensemble des sentiers de paix ». En effet, selon le Pape François la plus grande leçon léguée par la Covid-19, est la conscience du fait que nous avons tous besoin les uns des autres ; que notre plus grand trésor, et aussi le plus fragile, est la fraternité humaine. Il est donc temps de nous interroger, d’apprendre, de grandir et de nous laisser transformer, tant individuellement que communautairement ».

À ces deux paroles, Marie et Paix, qui chaque année accompagnent les chrétiens au seuil d’une nouvelle année , je voudrais en ajouter une troisième: la bénédiction. En effet, chaque 1 janvier la liturgie de l’Eglise nous réserve une très belle bénédiction appelée « la bénédiction solennelle pour le commencement de l’année ». Elle s’enracine dans le Livre des Nombres, la première lecture de ce jour. « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix ! » (Nb 6, 24-26).

Demandons nous d’abord qu’est-ce que la bénédiction ? Quel sens la Bible donne à ce mot ? Eh bien, dire que Dieu nous bénit, c’est dire que Dieu nous accompagne, que Dieu est avec nous. C’était, d’ailleurs, le Nom même de celui que nous fêtons à Noël : Emmanuel – « Dieu-avec-nous ».

Remarquez ensuite que cette formule de la bénédiction est au singulier : « Que le Seigneur te bénisse », et non pas : « Que le Seigneur vous bénisse ». Pourquoi ? Parce qu’il s’agit bel et bien d’Israël tout entier ; d’un peuple tout entier ; d’un peuple qui marche ensemble et qui ne fait qu’un. C’est un singulier collectif. En effet, « Nous ne sommes pas les uns et les autres, mais les uns grâce aux autres ». Cette protection de Dieu n’est pas donc réservée à quelques-uns, quelques élus. Elle est offerte à l’humanité tout entière.

Troisièmement, « Que le Seigneur te bénisse » est au subjonctif qui – comme tous les subjonctifs – exprime un souhait. Et pourtant cette expression reste curieuse quand on y réfléchit. Est-ce que le Seigneur pourrait ne pas nous bénir ? Eh bien, sachez que dans cette formule de la bénédiction, il ne s’agit pas du Seigneur, mais de nous. Dieu nous bénit sans cesse, mais nous sommes libres de ne pas accueillir sa bénédiction ! Autrement dit, Dieu propose et l’homme dispose, pour le pire ou le meilleur. C’est comme le soleil qui brille en permanence, même quand nous recherchons l’ombre. Eh bien, de la même manière que nous sommes libres de rechercher l’ombre, nous sommes également libres d’échapper à l’action bienfaisante de Dieu. En effet, celui ou celle qui se met à l’abri du soleil, perd toute chance de bronzer, et ce ne sera pas la faute du soleil ! C’est pareil pour la bénédiction. Le subjonctif est là pour manifester notre liberté.

Et la dernière remarque, en forme de question : En quoi consiste la bénédiction de Dieu ? Que se passe-t-il pour nous ? Eh bien, bénir est un mot latin : « bene dicere », « dire du bien ». Dieu dit du bien de nous. Et ne nous étonnons pas que Dieu dise du bien de nous, puisqu’il nous aime. Il pense du bien de nous, il dit du bien de nous. Il ne voit en nous que ce qui est bien. Or, quand Dieu dit du bien de nous, sa Parole agit en nous, elle nous transforme, elle nous fait du bien. Autrement dit, quand nous demandons la bénédiction de Dieu, nous nous offrons à son action transformante.

Cependant, cette bénédiction n’a rien avoir avec un coup de baguette magique ! Etre « béni », c’est être dans la grâce de Dieu et tacher de vivre en harmonie avec Dieu. Cela ne nous épargnera pas pour autant les difficultés, les épreuves comme tout le monde ! Mais celui qui vit dans la bénédiction de Dieu, traversera les épreuves en « tenant la main de Dieu ».

Marie, que nous fêtons en ce jour comme « Mère de Dieu », est le canal par lequel le Père donne sa bénédiction au monde. Au début de cette nouvelle année 2023, mettons-nous donc docilement à l’école de Marie pour apprendre d’elle à accueillir dans la foi et dans la prière la bénédiction que la liturgie nous fait entendre en ce jour : « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix ! » (Nb 6, 24-26).

Père Stanislas

L’Avent ou l’art de ralentir

2e Dimanche de l’Avent – Mt 3, 1-12

On dit que le fondement de l’Avent réside dans le mot « attendre ». Et plus précisément : « attendre » et « être attendu ».

Décédé il y a quelques jours, exactement 25 novembre dernier, Christian Bobin, un écrivain et poète singulier, confiait dans un de ses livres (je le cite): « Je suis attendu. Je ne sais pas où, je ne sais pas par quoi ou par qui, mais je suis certain d’être attendu » !

Oui, l’homme, dans sa vie, est en attente constante. Cependant, il y a différentes manières d’attendre. Si le temps n’est pas rempli d’une présence dotée de sens, l’attente risque de devenir insupportable. Quand au contraire le temps est doté de sens, et qu’en chaque instant nous percevons quelque chose de valable, alors la joie de l’attente rend le présent plus précieux.

Eh bien, l’Avent que nous avons commencé dimanche dernier, nous rappelle que pour les chrétiens, le temps est un allié, car il mène au royaume de Dieu, notre véritable demeure. Autrement dit, nous ne sommes pas à la recherche du temps perdu, mais de Dieu venu dans notre temporalité: « Emmanuel=Dieu-avec-nous » !

Oui, Dieu est venu humblement dans notre chair à Noël. Il vient mystérieusement chaque jour en nos âmes. Il viendra puissamment dans la gloire, que ce soit à la fin de notre vie ou à la fin des temps. Un Dieu qui cherche à entrer en communication avec l’humanité. Avec chacun de nous. C’est bien cela le temps de l’Avent !

L’Avent c’est aussi le temps qui nous invite à pratiquer l’art de ralentir, un art pour se calmer, pour se poser, pour prendre ou reprendre contact avec ma vie intérieure. Bref, pour prendre le temps de vivre – comme le chantait si joliment Georges Moustaki : « Nous prendrons le temps de vivre ». Oui, dans nos vies effrénées, il faut de temps en temps décider de ralentir pour vérifier si notre route mène vers l’essentiel.

Ici, je voudrais évoquer une des choses qui me préoccupe depuis mon arrivée à SJSC. Dans nos vies mouvementées, il est fréquent de nous précipiter aussi pour aller à la messe, et d’arriver souvent en retard ! Pour notre messe dominicale de 10h30, par exemple, il y en a qui arrivent systématiquement autour de 11h, comme s’ils se trompaient d’adresse, puisque c’est à St Luc que la messe dominicale commence à 11h. Et pourtant, arriver à l’église quelques minutes avant le début de la célébration, peut permettre de vivre la messe plus posément et plus intensément. Combien de fois, en effet, nous retrouvons-nous perdus dans nos pensées pendant la messe. Nous songeons à la liste des choses que nous avons à faire et à nos diverses obligations. Les inquiétudes nous privent de notre paix et les problèmes nous assaillent. Si nous arrivons quelques minutes plus tôt, nous pouvons nous détendre et nous recueillir en silence. Nous pouvons utiliser ce temps pour nous mettre dans une disposition de prière. Nous pouvons aussi déposer toutes nos préoccupations au pied de l’autel et les confier au Seigneur. Et puis, arriver à l’église à l’avance, c’est aussi une véritable école pour nos enfants, si nous y arrivons en famille. La manière dont ils nous voient prier, chanter, nous habiller, communier et aussi arriver ponctuels – laisse inévitablement une empreinte !

Et encore une petite chose.

L’évangéliste Matthieu note que les foules affluaient vers Jean le Baptiste de toute part pour se faire baptiser et confesser leurs péchés. Tout cela témoigne certainement d’un grand enthousiasme, mais s’agit-il vraiment d’une démarche sincère ?

C’est peut-être pour cette raison que Jean Baptiste réprimande très vivement les pharisiens et les sadducéens : « Engeance de vipères – dit-il. Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? Produisez donc un fruit digne de la conversion ».

Voyez-vous ! Toute conversion reste superficielle si elle ne se traduit pas en actes. Voilà pourquoi la liturgie de ce dimanche nous pose une question grave : Quel fruit produit ma vie chrétienne? Est-ce que le loup qui en moi est capable de se rapprocher de l’agneau sans le déchirer ? Est-ce que le léopard qui est en moi est capable de se rapprocher du chevreau sans l’effrayer ? Est-ce que la vipère qui se cache dans mon trou permet à l’enfant d’y mettre sa main ?

Tout cela nous semble impossible. Cependant, à Dieu tout est possible ! Et tout commencerait à changer dans nos vies à condition que nous essayions de croire que ce que Dieu promet, il veut et il peut le réaliser. Après tout, c’est bien ça la foi !

Père Stanislas

 

Heureux ceux qui croient sans avoir vu

2ème dimanche de Pâques ou de la divine Miséricorde – Année C

La Paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie.

Lectures de ce dimanche

En ce dimanche de la divine miséricorde, unis à nos frères pallottins qui la célèbrent, à Osny, la fête de la miséricorde, nous sommes encore tout à la joie de Pâques, mais ce dimanche est aussi le dimanche de Thomas, surnommé le « jumeau » si souvent présenté comme l’incrédule. Ne sommes-nous pas, parfois, aussi, son jumeau dans le doute et la foi ? Lequel d’entre nous n’a-t-il pas un jour ou l’autre pensé ou exprimé : moi, je croirais bien s’il n’y avait pas toutes ces guerres, ces cruautés, ces injustices ou j’aurais moins de mal à croire si je pouvais palper, saisir la bonté de Dieu et pas tout le temps son silence devant la souffrance de tant d’êtres humains.

Après la mort de Jésus, les disciples apeurés sont enfermés dans le cénacle et voici que le Crucifié-Ressuscité les rejoint : Il leur apporte sa paix. Il leur donne l’Esprit Saint. Il offre à tous le pardon des péchés. Continuer la lecture de Heureux ceux qui croient sans avoir vu