Archives par mot-clé : paix

Heureux ceux qui croient sans avoir vu

2ème dimanche de Pâques ou de la divine Miséricorde – Année C

La Paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie.

Lectures de ce dimanche

En ce dimanche de la divine miséricorde, unis à nos frères pallottins qui la célèbrent, à Osny, la fête de la miséricorde, nous sommes encore tout à la joie de Pâques, mais ce dimanche est aussi le dimanche de Thomas, surnommé le « jumeau » si souvent présenté comme l’incrédule. Ne sommes-nous pas, parfois, aussi, son jumeau dans le doute et la foi ? Lequel d’entre nous n’a-t-il pas un jour ou l’autre pensé ou exprimé : moi, je croirais bien s’il n’y avait pas toutes ces guerres, ces cruautés, ces injustices ou j’aurais moins de mal à croire si je pouvais palper, saisir la bonté de Dieu et pas tout le temps son silence devant la souffrance de tant d’êtres humains.

Après la mort de Jésus, les disciples apeurés sont enfermés dans le cénacle et voici que le Crucifié-Ressuscité les rejoint : Il leur apporte sa paix. Il leur donne l’Esprit Saint. Il offre à tous le pardon des péchés. Continuer la lecture de Heureux ceux qui croient sans avoir vu

Va, et désormais ne pèche plus

“« Dieu déteste le péché, mais il aime le pécheur ».”

Lectures du jour :

5e dimanche de Carême – Jn 8, 1-11

L’épisode de la femme adultère a marqué les consciences depuis plus de deux mille ans. Selon la loi juive, cette femme devait être punie. Or, au lieu de cela, Jésus va proposer une autre voie, celle de la miséricorde.

Il ne veut pas dire par là que l’adultère n’est pas un péché ou qu’il ne s’agit pas de quelque chose de grave. Ce n’est pas du laxisme! En effet, il dit bien à la femme « ne pèche plus ». Tout n’est pas permis. Le péché reste condamné. Dieu déteste le péché, mais il aime le pécheur. Voilà pourquoi Jésus condamne le péché, et sauve la pécheresse. Continuer la lecture de Va, et désormais ne pèche plus

Heureux qui met sa foi dans le Seigneur

Lectures de ce dimanche

Heureux !!! Ce mot rejoint l’attente et le désir profond de tout être humain. Nous portons tous en nous un rêve de bonheur, mais la vie n’est pas clémente, souvent, elle nous rattrape avec son lot d’imprévus qui mettent à mal nos projets, de souffrances et de maladies qui nous surprennent et parfois nous écrasent, de confrontations à la violence, à la fragilité de nos existences, à la séparation, à la mort. Il y a ces malheurs dont personne n’est vraiment responsable et ceux causés par les bêtises, l’indifférence ou les méchancetés des hommes eux-mêmes.

Nous connaissons tous des personnes auxquelles tout dans la vie semble sourire et qui ne sont pas heureuses pour autant et d’autres auxquelles la vie semble ne faire aucun cadeau et dont la joie te l’enthousiasme nous émerveillent.

Alors, qu’est-ce qui peut nous rendre heureux, malgré tout ? c’est sans doute d’abord de savoir nous réjouir des petits bonheurs quotidiens, des petites victoires de chaque jour.  C’est probablement, aussi de déplacer le curseur de ce qui est essentiel à ce qui ne l’est pas : c’est la qualité de certaines relations, le partage de l’amour et de l’amitié, la paix intérieure, personnelle et la paix collectivement, une certaine cohérence de notre vie, un minimum de sécurité ; c’est aussi la santé, un certain équilibre de vie.

Les textes bibliques de ce jour nous invitent à choisir le chemin du bonheur : « Béni soit l’homme dont le Seigneur est la confiance » ; « Heureux qui met sa foi dans le Seigneur » ; « Si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur, mais NON ! le Christ est resuscité d’entre les morts ». Dans ce passage des béatitudes de l’évangile de Luc, à tous ces gens venus sans doute là en raison de toutes les guérisons qu’Il a opérées précédemment, Jésus indique le chemin du bonheur à travers quatre affirmations : « Heureux êtes-vous si vous me laissez entrer dans vos existences y compris dans vos pauvreté, dans vos faims , dans vos chagrins, y compris dans votre péché, je serai avec vous ». 

Pour nous, Chrétiens baptisés, ce qui nous rend heureux, n’est-ce pas aussi, de faire l’expérience personnelle qu’en Jésus, quoi qu’il nous advienne dans notre existence, au sein de nos vies chahutées, bousculées par le stress, les soucis, parfois même dévastées, hélas pour certains, par de graves épreuves, Dieu vient nous rejoindre et prendre place dans nos vies. Le bonheur est de savoir Jésus à nos côtés pour affronter toutes nos difficultés à la lumière de sa propre vie. Notre véritable bonheur est dans la confiance en l’amour fidèle de Dieu.

  Continuer la lecture de Heureux qui met sa foi dans le Seigneur