Archives par mot-clé : espérance

L’Esprit Saint vous enseignera tout

“Un cœur de chair est un cœur qui se laisse entièrement transformer, transfigurer par l’Amour miséricordieux et gratuit de Dieu.”

Lectures : Dimanche de Pentecôte

« L’Esprit Saint vous enseignera tout » (Jean chapitre 14)

Nous célébrons la Pentecôte, la venue du feu de l’Esprit Saint, le Don de Dieu, le don gratuit de son Amour, qui est une personne divine à part entière, et qui est la Vie de notre âme. La Vie éternelle de notre âme. Sans le Saint-Esprit, pas de Vie éternelle ! Sans le Saint-Esprit, pas d’Église !

Un bruit venu du ciel, un violent coup de vent, des langues de feu… voilà les réalités qui orchestrent la venue de l’Esprit Saint en cette fête de la Pentecôte !

Pourtant, cette irruption n’est pas un coup de théâtre ! Dès la Résurrection (Luc 24,49) et avant de monter au Ciel, le Christ avait promis à ses apôtres : « vous recevrez une force, celle de l’Esprit Saint… qui fera de vous des témoins » (Ac 1.7-8).

Au commencement, lorsque Dieu a créé le ciel et la terre, il était déjà question de « l’Esprit du Seigneur qui planait sur les eaux », un peu comme un mystérieux personnage cherchant une piste d’atterrissage… Continuer la lecture de L’Esprit Saint vous enseignera tout

_

Ascension : Tandis qu’il les bénissait, il était emporté au ciel

“L’Ascension de Jésus nous dit la réussite de l’amour de Dieu pour nous, notre réussite humaine.”

 Lectures : Ascension du Seigneur : Tandis qu’il les bénissait, il était emporté au ciel

La fête de l’Ascension nous dit que Jésus ressuscité est maintenant pleinement en Dieu son Père, Il nous précède dans la gloire, présent en tous les points de l’univers ; nous pouvons vivre dans l’espérance de vivre un jour ce face à face pour un bonheur éternel. Mais en même temps, cette fête de l’Ascension peut nous paraître un peu déconcertante, déroutante car c’est au moment où les disciples pensent que la présence de Jésus, qu’ils reconnaissent vainqueur de la mort, ressuscité, vivant, serait la façon la plus efficace pour annoncer la bonne nouvelle de la puissance de l’amour de Dieu, voilà que Jésus s’en va.

Or, comprenons-bien, Jésus ne nous quitte pas pour autant, ne nous délaisse pas il ne s’agit pas d’un déplacement spatial, d’un éloignement , Il s’agit d’une nouvelle présence plus intime. Ce n’est plus une présence sensible que nous pouvons reconnaître avec nos yeux, nos oreilles, nos mains, mais une présence invisible, spirituelle, comme une présence d’amour qui nous réconforte, nous guide et nous soutient, avec cette espérance que Dieu nous redonne souffle et vigueur pour vivre plus libre et plus fraternel ;  nous faisons cette expérience : je sais que celui pour qui je compte et qui compte pour moi est présent dans mon cœur, au plus secret de mon cœur ; Continuer la lecture de Ascension : Tandis qu’il les bénissait, il était emporté au ciel

_

Dimanche de Pâques : le tombeau est vide

Que Dieu remplisse nos cœurs de sa  joie profonde et de sa Paix !”

Lectures : Dimanche de Pâques : Jésus est ressuscité

Homélie du jour de Pâques 2019

En entendant ce passage d’évangile, ce n’est pas une scène grandiose avec un Christ triomphant, revêtu de lumière qui nous est relatée. Nous pouvons nous réjouir de cette discrétion, car elle ressemble bien à ce que nous vivons en ce moment. Pâques nous fait chanter: alléluia, mais apparemment rien ne semble avoir changé : nous sommes les mêmes, les soucis sont toujours tapis au fond de nos maisons et de nos cœurs, les malades sont toujours alités, les pauvres et oubliés toujours pauvres et oubliés, des églises sont détruites comme au Sri Lanka cette nuit de Pâques….

Pour mieux comprendre voyons les premiers témoins. Pour Marie – Madeleine, c’est encore les ténèbres : elle voit que la pierre du tombeau a été roulée, elle constate un tombeau vide et bien rangé et reste avec ses hésitations et ses doutes. Elle n’a vu que du dehors, de l’extérieur, avec ses yeux de chair (blepo) et sa réaction, c’est de constater qu’on a enlevé le Seigneur du tombeau et elle ajoute : nous ne savons pas où on l’a mis. C’est l’aveu de la non foi, du non savoir et elle va l’annoncer à Simon-Pierre et à l’autre disciple. Ils arrivent en courant, et plus jeune gagne au sprint. De l’extérieur, il constate que dans le tombeau tout est bien rangé, mais il laisse Pierre entrer le premier qui lui aussi voit, constate que le tombeau est vide et bien rangé. Ces constats attestent la vérité des faits mais n’expliquent pas le mystère. On reste dans la nuit. Il va donc falloir chercher ailleurs et cet ailleurs, c’est l’autre disciple qui va nous l’indiquer « il vit et il crut ». Il n’a pas fait que constater comme Pierre et Madeleine, il voit avec les yeux de la foi (orao), il voit en véritable voyant, en véritable croyant, son amour lui fait comprendre l’incompréhensible de l’événement, il voit ce dont les linges ne font pas une preuve mais un signe, il voit en véritable croyant. Continuer la lecture de Dimanche de Pâques : le tombeau est vide

_