Archives par mot-clé : Richard

liturgie du jour et messes de la semaine

Aujourd’hui nous sommes le : 04/10/2022

datejjour liturgiqueférieCouleurLecturesSacr.
mar.04/10/2022 mardi, 27ème Semaine du Temps OrdinaireS. François d'AssiseBlanchttps://www.aelf.org/2022-10-04/romain/messe

Horaires d’été

Du lundi 4 juillet au lundi 29 août 2022 (inclus)

Ouverture de l’église

  • Eglise fermée le lundi
  • Du mardi au dimanche de 9h00 à 19h00

Messes dominicales

  • Samedi à 18h30 (Messe anticipée)
  • Dimanche à 10h30

Messes en semaine

  • Pas de messe le lundi
  • Du mardi au vendredi à 12h15

Lundi 15 Aout messe de l’Assomption : 10h30

Permanences d’accueil par un prêtre

  • En juillet : les mardis et les jeudis de 17h à 19h

(sauf jeudi 14 juillet, férié)

  • En août: seulement les mardis de 17h à 19h, sinon prenez contact avec un prêtre avant ou après la messe.

Pas d’accueil par les laïcs pendant les vacances

Le secrétariat de la paroisse

sera fermé du 27 juillet au 21 aout

Dimanche prochain :

datejjour liturgiqueférieCouleurLecturesSacr.
dim.09/10/2022 dimanche, 28ème Semaine du Temps OrdinaireLa messeVerthttps://www.aelf.org/2022-10-09/romain/messe

Pour en savoir plus sur les couleurs liturgiques :
https://www.sjsc.fr/les-couleurs-liturgiques/

La liturgie d’aujourd’hui est :

  • Première lecture : « Dieu a trouvé bon de révéler en moi son Fils, pour que je l’annonce parmi les nations païennes » (Ga 1, 13-24)

    Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates Frères,     vous avez entendu parler du comportement que j’avais autrefois dans le judaïsme : je menais une persécution effrénée contre l’Église de Dieu, et je cherchais à la détruire.     J’allais plus loin dans le judaïsme que la plupart de mes frères de race qui avaient mon âge, et, plus que les autres, je défendais avec une ardeur jalouse les traditions de mes pères.     Mais Dieu m’avait mis à part dès le sein de ma mère ; dans sa grâce, il m’a appelé ; et il a trouvé bon     de révéler en moi son Fils, pour que je l’annonce parmi les nations païennes. Aussitôt, sans prendre l’avis de personne,     sans même monter à Jérusalem pour y rencontrer ceux qui étaient Apôtres avant moi, je suis parti pour l’Arabie et, de là, je suis retourné à Damas.     Puis, trois ans après, je suis monté à Jérusalem pour faire la connaissance de Pierre, et je suis resté quinze jours auprès de lui.     Je n’ai vu aucun des autres Apôtres sauf Jacques, le frère du Seigneur.     En vous écrivant cela, – je le déclare devant Dieu – je ne mens pas.     Ensuite, je me suis rendu dans les régions de Syrie et de Cilicie.     Mais pour les Églises de Judée qui sont dans le Christ, mon visage restait inconnu ;     elles avaient simplement entendu dire : « Celui qui nous persécutait naguère annonce aujourd’hui la foi qu’il cherchait alors à détruire. »     Et l’on rendait gloire à Dieu à mon sujet.             – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 138 (139), 1-3, 13-14ab, 14cd-15)

    Refrain psalmique : (cf. Ps 138, 24b) Conduis-moi, Seigneur, sur le chemin d’éternité. Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais ! Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ; de très loin, tu pénètres mes pensées. Que je marche ou me repose, tu le vois, tous mes chemins te sont familiers. C’est toi qui as créé mes reins, qui m’as tissé dans le sein de ma mère. Je reconnais devant toi le prodige, l’être étonnant que je suis. Étonnantes sont tes œuvres toute mon âme le sait. Mes os n’étaient pas cachés pour toi quand j’étais façonné dans le secret, modelé aux entrailles de la terre.

  • Évangile : « Une femme nommée Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part » (Lc 10, 38-42)

    Acclamation : (Lc 11, 28) Alléluia. Alléluia. Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent !Alléluia. Évangile de Jésus Christ selon saint Luc En ce temps-là,     Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut.     Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.     Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. »     Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses.     Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »             – Acclamons la Parole de Dieu.

Source : www.aelf.org

Messe d’installation du Père Stanislas Stawicki

Messe d’installation du Père Stanislas Stawicki par Mgr Thibault Verny, dimanche 19 septembre 2021.

Un curé, à quoi ça sert ? Les rites de la messe de son installation dans une paroisse cherchent à mettre en évidence la mission qui est la sienne. Il est essentiellement au service de la communauté paroissiale. Voilà pourquoi la paroisse qui l’accueille est symboliquement présentée au nouveau curé tout au début de la célébration.

Ensuite, avant la proclamation de l’Évangile, I évêque bénit le curé qui va lire le passage évangélique du jour. C’est ainsi que l’évêque Iui confie une mission d’enseignement . Cette mission s’appuie sur la foi de l’Église catholique que le curé va professer seul au moment du credo avant d’inviter l’assemblée à le faire à son tour.
Lors de l’offertoire, c’est la mission de sanctification confiée aux prêtres qui est mise en valeur : en présidant l’Eucharistie, ceux-ci sont les instruments de la sanctification du Peuple chrétien. Et c’est dans l’Eucharistie que convergent tous les sacrements.
Enfin, au moment de la communion et du geste de paix, un rite vient souligner la mission de curé, qui participe à la charge de son évêque à qui le Christ confie son propre troupeau. Il reçoit une mission de rassemblement et de communion dans la paix et l’unité. Dans cette mission, le prêtre tient toute son autorité de l’attitude de serviteur qui l’habite.

Continuer la lecture de Messe d’installation du Père Stanislas Stawicki

Jeune fille, je te le dis, lève toi !

Dieu est puissance de vie et non puissance de mort. Il rétablit l’homme dans sa nature première qui est d’être créé à l’image de Dieu. La mort n’a plus d’emprise sur le baptisé.

Lecture du jour :

L’évangile de ce 13ème dimanche du Temps ordinaire nous propose deux miracles de Jésus. De façon inhabituelle, un récit, celui de la femme qui avait des pertes de sang, est inséré à l’intérieur du miracle de la résurrection de la fille de Jaïre. Pourquoi cette insertion ? Quel est le miracle le plus important ? Comment lire les deux récits ensemble ?

A priori, ressusciter un mort semble bien plus important que guérir des pertes de sang. Pourtant, Marc, en mettant au centre le récit de la guérison de cette femme aux pertes de sang, cherche à nous dire quelque chose de la mort et de la résurrection.

Cet évangile nous parle des deux morts. Continuer la lecture de Jeune fille, je te le dis, lève toi !