Archives par mot-clé : Marie

Explication de l’Evangile du dimanche 11 avril pour les enfants

Explication de l’Evangile aux enfants

11 avril 2021, 2ème Dimanche de Pâques, Année B

Lectures de ce dimanche

Chers parents, chers enfants, habituellement, lors des messes dominicales de notre paroisse, les plus jeunes sont invités à assister à l’explication de l’Evangile du jour, avec des mots simples. En raison des restrictions de déplacement, nous vous invitons à partager en famille la lecture de l’Evangile, et à l’expliquer à vos enfants avec vos propres mots.

Ce document peut vous aider à identifier des axes d’explication, et vous suggère une activité pour mieux comprendre l’Evangile.

Signe de croix

En entrant dans ce temps de partage de la Parole, faisons ensemble un beau signe de croix avec les enfants.

Introduction et contexte, rappel

Expliquer aux enfants que, même si nous ne pouvons pas nous retrouver dans la chapelle lors de la messe de ce dimanche, nous sommes en communion les uns avec les autres et que nous pouvons partager la Parole que Jésus nous transmet ce jour en famille.

Nous sommes le dimanche de la Miséricorde, une semaine après Pâques. Nous fêtons ce jour Dieu qui nous pardonne.

Dimanche dernier, nous avons fêté Pâques, c’est-à-dire la résurrection de Jésus.

Thème du jour : Croire sans avoir vu.

  • Lecture de l’Évangile : Jn 20, 19-31

On trouvera à la fin du document l’évangile complet. Ici, un passage court et facile à comprendre est présenté pour les plus jeunes.

Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. ». – Acclamons la Parole de Dieu.

  • Questions

On peut utiliser les questions ci-dessous pour guider les enfants dans leur compréhension du texte.

1) Qui sont les personnages ?
Thomas, d’autres disciples et Jésus.

2) Que se passe-t-il ?
Jésus vient parmi les disciples et dit à Thomas de toucher ses cicatrices (là où il a été crucifié).

3) Pourquoi Thomas doit-il faire cela ?
Car il ne croit pas que Jésus est ressuscité.

4) Thomas croit-il que c’est Jésus après l’avoir touché ? Comment l’appelle-t-il ?
Oui, il dit que Jésus est son Seigneur et son Dieu.

5) Jésus dit : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Que veut-il dire ?
Nous ne pouvons pas voir Jésus, mais il nous demande de croire en Lui. C’est comme le vent par exemple, que l’on ne voit pas mais que l’on sent et qui existe. C’est là la force des chrétiens, de suivre Dieu sans le voir, on est alors heureux.

Prière : proposer aux enfants de dire une intention personnelle.

On peut réciter le credo, c’est la prière qui nous permet de dire notre foi, de dire que l’on croit en Jésus même si on ne le voit pas.

Je crois en Dieu,
le Père tout-puissant,
créateur du ciel et de la terre ;
et en Jésus-Christ,
son Fils unique, notre Seigneur,
qui a été conçu du Saint-Esprit,
est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate,
a été crucifié,
est mort et a été enseveli,
est descendu aux enfers,
le troisième jour est ressuscité des morts,
est monté aux cieux,
est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit-Saint,
à la sainte Eglise catholique,
à la communion des saints,
à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair,
à la vie éternelle.
Amen.

Activité :
Regarde la vidéo sur ce lien, elle raconte l’évangile du jour.

https://www.theobule.org/video/la-foi-de-thomas-jn-20-19-29/672

Evangile (Jn 20, 19-31)

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom. – Acclamons la Parole de Dieu.

Dimanche de Pâques 2021 : laisse moi être le Vivant en toi

“Laisse-moi faire de ce tombeau le lieu de ma miséricorde et de mon amour !  Laisse-moi être le Vivant en toi, relever ta vie !”

Lectures du jour : 

Dans l’évangile que nous venons d’entendre, ce n’est pas une scène grandiose avec un Christ triomphant, revêtu de lumière qui nous est rapporté. Nous pouvons nous réjouir de cette discrétion, car elle ressemble bien à ce que nous vivons en ce moment.

 Nous voyons Marie Madeleine qui part « au tombeau de bon matin. » (…) « C’était encore les ténèbres. » Elle voit que la pierre du tombeau a été roulée, elle constate un tombeau vide et bien rangé et reste avec ses hésitations et ses doutes. Elle constate qu’on a enlevé le Seigneur du tombeau et elle ajoute : nous ne savons pas où on l’a mis. C’est l’aveu du non savoir, de la non foi, et elle va l’annoncer à Simon-Pierre et à l’autre disciple. Or ce dernier ne fait pas que constater comme Madeleine et Pierre, le tombeau vide : il a vu un tombeau vide et il a cru : il vit et il crut. Lui voit avec les yeux de la foi. Son amour lui fait voir ce dont les linges ne sont pas une preuve mais un signe.

Ce disciple il voit, avec le cœur, en véritable croyant.

Chacun, chacune, si nous sommes ici, ce matin, devant le tombeau vide, c’est  parce que Jésus est ressuscité. Et comme l’autre disciple, nous le croyons ! Voilà ce qui fait qu’aujourd’hui, comme depuis plus de 2000 ans, des hommes et des femmes mettent leur vie dans les pas du Christ. Comme ces trois adultes: Flora, Gabin, Marie, qui ont été baptisés ce matin à 6h30 lors de la célébration de la Vigile pascale.

Oui, Jésus est ressuscité et il nous invite, chacune et chacun à vivre en Ressuscité !  Ce matin, Jésus nous dit : peu m’importe que je sois ressuscité il y a deux mille ans, si je ne le suis pas pour toi aujourd’hui, si je ne ressuscite pas, au plus profond de toi même.

En ce tombeau encore fermé où trop souvent ton âme se complaît laisse-moi ressusciter !  Laisse-moi faire de ce tombeau le lieu de ma miséricorde et de mon amour !  Laisse-moi être le Vivant en toi, relever ta vie ! Ouvre les yeux, ceux de la foi, car y-a-t-il plus grande richesse que ma présence de Ressuscité en toi, en nous, toujours actuelle, toujours agissante, capable de faire rouler la pierre du tombeau, de tous les tombeaux qui meurtrissent nos vies, exaspérés par ce contexte de pandémie, dans une société marquée par la fragilité et tant d’inconnus aujourd’hui, capable de repousser les murs de nos refus d’aimer, d’ouvrir une brèche au bout de nos impasses, de nous relever quand notre péché, nos égarements nous plaquent au sol, capables de nous redonner l’espérance quand nous sommes fatigués, déçus, tristes, découragés, par tant de choses douloureuses que nous voyons,  ou quand les préoccupations de tous les jours nous écrasent et nous replient sur nous-mêmes.

Mais nous ne pouvons pas nous limiter à reconnaître que Jésus est vivant pour nous ; nous sommes appelés à attester aux autres qu’il est la vie du monde et la paix pour tous les hommes. Notre foi en l’Amour infini de Dieu plus fort que toute mort et que tout mal, ne nous invite-t-elle pas  à témoigner de cette certitude intérieure, de ce “trésor de Pâques” du Christ Ressuscité, Aujourd’hui, Dieu me dit, Dieu nous dit : “Tu es vivant… mais tu n’es pas un vivant voué à la mort, mais un mortel promis à la Vie“.

Puissions être ces hommes et ces femmes, croyant dans la puissance du Christ ressuscité qui vient nous rencontrer les uns les autres, des hommes et des femmes vivant du Christ ressuscité, c’est à dire attestant par notre manière de vivre et d’être, que nous avons été repêchés et donc rendus capables, à notre tour de contribuer à repêcher, par la force du Christ ressuscité, tous ceux qui sont en train de perdre pied, de se noyer, et il y en a tellement autour de nous aujourd’hui, qui cherchent un sens à leur vie.

La Résurrection, c’est en quelque sorte le débordement de vie et le surcroît de l’Amour; à profusion ! Non pas seulement pour demain, dans l’au-delà, mais pour l’aujourd’hui dans tout ce qui fait notre quotidien. Vivre Pâques au quotidien, c’est découvrir que le don de la vie recommence chaque matin pour celui qui garde la force fragile de la lumière espérance. Pâques n’existe pas en dehors de ce que nous vivons. En Lui ;, le Ressuscité, notre vie trouve la force dont elle a besoin pour continuer, pour avancer

Ouvrons-nous au don de l’Espérance, n’ayons pas peur de la Joie qui vient de la résurrection ! Christ est ressuscité, puissions-nous répondre de tout notre coeur: Oui Il est Vraiment ressuscité !

Père Francis Corbière

Les autres homélies du Père Francis Corbiere

paques_21

Les Rameaux et la Passion du Christ 2021

Les Rameaux et la Passion du Christ 2021

Lecture du jour :

Chers Frères et Sœurs

Voici que symboliquement, nous sommes entrés avec le Seigneur à Jérusalem, criant : « Hosanna, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ». Monté sur un ân et non sur les nuées du ciel, le Seigneur entre comme un roi et c’est pour nous un signe et un appel. Dans un monde de justice, non marqué par le péché comme est le nôtre, il serait venu sur les nuées du ciel mais, pour nous pécheurs, il vient en roi pacifique sur cet ân que personne n’a encore monté et qu’il restituera juste après. Il y a ceux qui marchent devant, il y a ceux qui marchent derrière, il y a ceux qui ne sont pas encore venus mais tous nous sommes invités à le suivre.
« Béni soit le règne qui vient, Hosanna au plus haut des cieux », avons-nous encore chanté. En écoutant le récit de la Passion tel que Marc nous la raconte, nous voyons se réaliser ce qui était annoncé dans le récit de l’entrée à Jérusalem. Nous entendons comment le Règne de Dieu arrive et comment nous sommes tous invités à y prendre part comme à la table d’un festin.
Comme l’annonce le psaume : « la terre entière se souviendra et reviendra vers le Seigneur, chaque famille de nations se prosternera devant lui. Oui au Seigneur la royauté ». Mais le chemin par lequel le Christ y parvient et où nous sommes invités à le suivre est celui où il est triste à en mourir, livré aux mains des pécheurs, accusé par de faux témoins, tourné en dérision et insulté. C’est sur cette voie du salut qu’il donne sa vie après avoir fait sienne la prière de tous ceux qui se sentent abandonnés par Dieu.
C’est le même psaume qui dit en effet :
« Mon Dieu, Mon dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
Ils me percent les mains et les pieds,
Je peux compter tous mes os,
Ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort on vêtement »

Oui Frères et Sœurs, voici comment le règne de Dieu a été révélé, voici comment la joie est entrée dans le monde, voici comment la louange universelle peut éclater lorsque Jésus poussant un grand cri expira et que le voile du temple se déchira. Jésus, le Christ, le Messie, Dieu fait homme nous a tous rejoint dans la détresse pour que resplendisse la croix comme arbre de la rédemption et que le centurion, premier fruit de toutes les nations s’écrie : « Vraiment cet homme était Fils de Dieu »
Voilà le chemin, où nous sommes invités, non avec nos propres forces mais par la grâce de Dieu, ceux qui marchent devant, ceux qui marchent derrière et ceux qui ne sont pas encore venus. C’est le chemin de la vie qui se donne, qui se partage pour en sauver d’autres comme le bateau qui recueille un migrant en mer, comme le médecin ou l’infirmier qui soigne un malade de covid, comme la mère ou le père qui font tout pour bien élever leurs enfants et comme dans d’autres gestes de dons qui sont discrets ou invisibles. D’une certaine manière nous n’avons pas à chercher ce qu’il faut faire, cherchons juste à suivre le Christ.

Vivons donc ces prochains jours comment un temps privilégié pour prendre mieux conscience de ce qui nous unis au Christ qui, par sa Passion, sa mort et sa résurrection, nous fait entrer, à travers l’eau du baptême, dans une vie et une espérance qui ne déçoivent jamais.

Pensons tout particulièrement aux trois catéchumènes qui se préparent à vivre cette Semaine Sainte comme le dernier chemin avant leur baptême et qui revêtiront le vêtement blanc des disciples du Christ ressuscité.

Au cours de la Semaine sainte, nous pourrons prier, méditer, contempler le Christ tout au long de sa passion jusqu’au matin de Pâques. Avec ce que nous sommes, avec nos difficultés, nos inquiétudes et nos péchés, avec tout ce qui vit notre monde de tragique en ces temps actuels de la pandémie, nous pourrons prendre notre place sur le chemin de croix de Jésus.

Ainsi nous y invite saint Grégoire de Naziance:

« Si tu es Simon de Cyrène, prends la croix et suis-le.

Si tu es crucifié avec lui, comme le malfaiteur, reconnais comme cet homme juste, qu’il est Dieu…

Si tu es Joseph d’Arimatie, réclame le corps à celui qui l’a fait mettre en croix : que ton souci soit le rachat du monde.

Si tu es Nicodème, cet adorateur de Dieu, mets-le au tombeau avec les parfums.

Si tu es une des saintes femmes, l’une ou l’autre Marie, si tu es Salomé ou Jeanne, va-le pleurer de grand matin. Sois la première à voir la pierre enlevée, à voir peut-être les anges, et Jésus lui-même. »

Ce chemin de la Semaine Sainte, nous le faisons aussi avec Marie, jusqu’au pied de la croix, jusqu’au tombeau et jusqu’à l’aube de Pâques où la vie triomphe de la mort, où l’espérance devient possible, où le Christ ressuscité vient de nouveau marcher sur les routes humaines, à nos côtés, comme il le fit sur le chemin d’Emmaüs. Que Marie, Notre-Dame, avec Saint Joseph, que nous honorons cette année, nous accompagnent tout au long de cette semaine ! Bonne Semaine sainte à tous !

C. Hermanowicz

Autres homélies du Père Christophe  Hermanowicz

28_mars_21_rameaux_fip