Vitrail Colombe SJSC

Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur

“Cette vision ne se fait plus avec les yeux mais avec le cœur et dans la Foi. Cette présence se manifeste dans l’amour que nous recevons de Dieu et dans l’amour que nous nous témoignons les uns les  autres.”

Lectures : Sixième dimanche de Pâques

Vivre de et dans l’Esprit de Jésus

La semaine dernière Jésus nous disait qu’il était le chemin, la vérité et la vie. La semaine précédente nous disait en parabole qu’il était le bon pasteur et la porte du salut. Pour un chrétien, Jésus Christ est au cœur de tout, il conduit au Père, il nous ouvre les portes du Royaume et du salut, il est visage du Dieu invisible et lumière sur notre chemin, il est la Vie et la Vérité, il est pardon… Mais, pour nous en 2020, Jésus est-il vraiment le vivant ressuscité ou bien un événement du passé ?
La résurrection, c’est aujourd’hui.

Aujourd’hui, 2000 ans après, Jésus semble ne plus être là parmi nous et nous pourrions vivre notre foi comme un simple acte de mémoire ou un souvenir du passé. Nous ne pouvons plus le voir, le toucher comme Thomas, l’entendre comme les disciples d’Emmaüs. Alors, c’est vrai, nous savons qu’il est là vivant au cœur des Écritures et que sa parole nous accompagne chaque instant de notre vie. Mais nous sommes de bons catholiques et l’Ecriture n’est pas trop notre compagne de vie. C’est compliqué à lire, c’est daté, cela ne reflète plus notre monde actuel, c’est fatiguant de lire un passage 15 minutes par jour après tout, les journées n’ont que 24 heures ! Si la lecture de l’Ecriture nous fatigue ou nous semble trop compliquée, nous savons aussi qu’il est présent au cœur du sacrifice eucharistique dans le pain et le vin consacrés, mais pour cela il faut aller à la messe et 95% des baptisés français pensent que cela n’est pas si prioritaire que cela, là aussi une heure dans la semaine cela prend trop de temps : je ne vais pas pouvoir voir mes enfants, les voir
grandir, m’occuper de ma famille, la semaine ne fait que sept jours et il faut faire des choix ! Pourtant, même si l’on n’ouvre jamais la Bible, même si on ne va jamais à la messe, Jésus est là, présence réelle et vivante au cœur de notre monde. Cette présence, les trois textes de notre liturgie, nous en parle : il est Esprit, esprit de vie, nous dit saint Pierre ; esprit de vérité, nous dit l’évangile de Jean ; Esprit Saint, nous dit la lecture des Actes des Apôtres.

Jésus dit à ses disciples qu’il ne va pas les laisser orphelins, qu’ils ne seront pas seuls et abandonnés : ils recevront l’Esprit Saint, l’esprit de vie. Cet esprit est présence de Dieu dans le monde, il était là dès la création du monde nous disent la Genèse et l’évangile de Jean. Cet esprit est présence du Christ ressuscité avec nous : « Le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. » Cette vision ne se fait plus avec les yeux mais avec le cœur et dans la Foi. Cette présence se manifeste dans l’amour que nous recevons de Dieu et dans l’amour que nous nous témoignons les uns les  autres.

Vitrail Colombe SJSCDans un certain sens, le baptême reste lettre morte si on ne l’accueille pas dans l’Esprit. C’est ce que souligne le livre des Actes, confesser le nom de Jésus est une chose, le recevoir dans sa vie et son cœur comme Esprit de vie, en est une autre. Le Christ est là vivant en nous, au plus intime de notre être, il est là vivant dans notre communauté qui se rassemble le dimanche. Le Christ est là vivant au cœur des Écritures, si nous lui demandons de nous en ouvrir le sens et de nous guider dans notre lecture. Le Christ est vivant dans l’amour que nous sommes capables de nous témoigner les uns aux autres, dans la joie qu’il fait naître au fond de nos cœurs, dans les chants que nous chantons, dans le pain que nous mangeons, dans le sourire que nous recevons de l’autre en échange.

Cette présence du Christ ressuscité vivant parmi nous ne se  manifeste pas de manière extraordinaire, par des langues de feu ou des apparitions, elle est toute humble, toute petite, elle est, nous dit saint Pierre, douceur et respect. Elle se vit dans le don de l’amour, non pas un amour dominateur et possessif, mais un amour qui est don, qui offre va vie pour l’autre : c’est le signe de la croix dont nous nous revêtons à notre baptême.
Oui, Christ est vivant, aujourd’hui et maintenant, il nous suffit  d’ouvrir nos cœurs, nos mains et nos oreilles pour le voir, le toucher et l’entendre.

Pères Christophe, Francis, Pierre et Rodrigue

Vous pouvez voir la messe en direct sur le canal Youtube

Pour le podcast, le fichier sera mis en ligne lundi matin.

Les autres homélies du Père Rodrigue Chabi

Télécharger (PDF, 167KB)

Télécharger (PDF, 651KB)

_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *