Archives par mot-clé : homélie

Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous

25ème dimanche – temps ordinaire

Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous  et le serviteur de tous

Lectures du jour : 

Dimanche dernier, nous avons entendu la réaction de Pierre à la première annonce par Jésus de sa passion elle exprimait la distance des amis de Jésus entre ce que le Christ essayait de leur dire et ce qu’ils étaient capables de comprendre et d’accepter à ce moment-là compte tenu de leur conception qu’ils avaient d’un Messie triomphant. On pourrait dire qu’Ils n’étaient pas sur la même longueur d’ondes que Lui.

Aujourd’hui, Jésus annonce à nouveau qu’il va être livré, mis à mort et qu’il ressuscitera, et nous voyons les disciples de Jésus demeurer dans l’incompréhension mais sur un autre sujet : celui du Messie-Serviteur.

Tout en poursuivant leur chemin avec Jésus, les disciples discutent entre eux pour savoir qui serait le plus grand parmi eux. Nous pouvons évidemment trouver cela un peu étonnant : ils viennent d’entendre l’annonce de la mort et de la Résurrection du Christ. et ils se mettent à discuter, entre eux, pour savoir qui deviendra le chef. Ces hommes n’étaient pas des monstres. S’ils s’inquiétaient de savoir qui serait le plus grand, ce n’était, sans doute, pas d’abord pour remplacer Jésus mais parce qu’il fallait bien qu’il y ait un chef au milieu de cette troupe. ils comprennent qu’il fallait bien envisager la suite de la mission de Jésus et ils se demandent qui est le plus proche de ses projets ? Qui sera le plus capable de prendre sa succession ?  Si Jésus disparait, qui sera le premier ? Continuer la lecture de Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous

Il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup

“Je n’oublie pas que le mot « curé » vient de l’expression latine « cura animarum », et signifie « prendre soin des âmes »

Lectures du jour : 

XXIV Dimanche – Mc 8,27-35

L’Evangile de ce dimanche met essentiellement en scène deux personnages: Pierre et Jésus. L’un interroge; l’autre cherche à répondre. L’un donne son consentement au chemin de la Passion; l’autre se révolte quand il entrevoit ce chemin. Deux figures contrastées, mais dont la confiance mutuelle et le dialogue – permettent aussi bien une belle confession de la foi que les vifs reproches.

Mes frères et sœurs, c’est grâce à ce dialogue, grâce à cette relation authentique sans faux-semblants de la part de Pierre, que Jésus formera en lui la capacité de vouloir ce que Dieu veut. En effet, en disant à Pierre « passe derrière moi, Satan » – Jésus précise: car « tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes ».

Mais comment savoir que telles pensées viennent de Dieu et d’autres des hommes ? Continuer la lecture de Il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup

Effata : Il fait entendre les sourds et parler les muets

N’oublions pas que tout geste, toute caresse d’un mot de tendresse – sont aussi une manière de communication; un mode d’évangélisation.

Lectures du jour : 

Homélie – XXIII dimanche – Mc 7, 31-37

L’Evangile de ce 23ème dimanche du temps ordinaire, nous rapporte une guérison d’un homme sourd et muet. Je ne sais pas si vous vous êtes déjà rendu compte que l’Évangéliste Marc est le seul parmi les quatre évangélistes à relater cet épisode?

C’est un texte éminemment charnel, puisqu’on y trouve oreilles, langue, doigts, salive… En effet, face à cet homme sourd et muet, Jésus accomplit un geste qui aura probablement étonné ceux qui l’ont amené à lui: il ose mettre ses doigts dans ses oreilles et lui toucher la langue avec sa propre salive.

N’aurait-il pas pu simplement poser la main sur lui? C’est d’ailleurs ce que lui demandent ceux qui ont amené cet homme. Eh bien, non! Tel un bon médecin, Jésus n’hésite pas à toucher la personne. Continuer la lecture de Effata : Il fait entendre les sourds et parler les muets