Archives par mot-clé : homélie

Vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde ! Homélie

Homélie du Père Marcelin – Dimanche 5 février 2023

Télécharger la feuille d’informations paroissiales

Retrouvez toutes les infos de la paroisse sur notre page facebook : facebook.com/sjscparis

Église Saint Jacques – Saint Christophe

6 place de Bitche – Paris 75019

Qu’est ce que le Royaume des Cieux ? Homélie

Homélie du Dimanche 29 janvier 2023 Père Stanislas Stawicki, curé de la paroisse.

Télécharger la FIP du 29/01

IV Dimanche – Mt 5, 1-12a

L’Evangile de ce dimanche commence par cette phrase célèbre : « Heureux les pauvres de cœur ». Cette affirmation est souvent mal comprise, voire même citée avec une certaine ironie comme une chose, que l’on ne peut faire croire, qu’aux naïfs ! Friedrich Nietzsche, en se référant à cette phrase de Jésus, caricature le christianisme comme « la religion du ressentiment des pauvres », c’est-à-dire de ceux qui ne pouvant pas s’imposer dans ce monde-ci, se convainquent que le bonheur les attend dans un autre monde, en l’occurrence dans le royaume des cieux.

Mais qu’est-ce que ce fameux royaume des cieux ? Les évangiles nous disent que:

  • C’est la richesse qui ne passe pas ;

  • La richesse que les voleurs ne peuvent voler et que la rouille ne peut pas consumer.

  • C’est la richesse qu’on ne laisse pas à d’autres le jour de la mort, mais qu’on emporte avec soi.

  • C’est le « trésor caché », la « perle précieuse » qu’il vaut la peine de tout donner pour l’avoir.

En d’autres termes, le royaume des cieux, c’est Dieu lui-même. Il s’agit donc de « chercher et trouver Dieu en toutes choses », et surtout dans notre vie ordinaire, car c’est bien cette recherche qui unifie notre vie chrétienne.

Vendredi dernier (20 janvier) alors qu’il recevait les participants d’un cours de liturgie à Rome, le pape François a parlé « des homélies trop longues et trop ennuyeuses », et il a demandé aux prêtres de circonscrire leurs homélies à dix minutes, pas plus ! (J’en ai encore 6).

Il a suggéré également, qu’en préparant une homélie, on se pose les questions suivantes : Quelle bonne nouvelle de salut contiennent les textes bibliques proposés par la liturgie ? Qu’est-ce qui a besoin d’être sauvé en moi, en chacun de nous? Quelles capacités Dieu vient-il guérir, libérer, stimuler, enrichir, susciter en moi, en nous ? Peut-être vient-il sauver :

  • la mémoire de l’oubli,

  • la générosité de la convoitise,

  • la parole du bavardage,

  • la confiance de la peur,

  • la vérité du mensonge,

  • la fraternité de la jalousie,

  • la volonté de la résignation,

  • l’hospitalité de la crainte de l’étrange, ainsi de suite… 

Eh bien, je pense chers frères et sœurs, qu’en ce dimanche où nous entendons le texte des Béatitudes, Dieu vient sauver notre bonheur ! En effet, le mot clé des béatitudes c’est le bonheur.

Mais, « tous les hommes cherchent le bonheur, même ceux qui vont se pendre » – rétorque Pascal. Oui, la plupart le recherchent dans la consommation, l’accumulation de biens. D’autres, dans le pouvoir et l’influence exercés sur leurs semblables. Quelques-uns encore désirent l’obtenir par l’accroissement de leur savoir et de leurs connaissances ; il y en a qui le cherchent dans le développement personnel et la zen attitude auquel ils aspirent. Qui possède veut posséder plus. Qui consomme, consommer davantage. Qui domine, dominer plus. Celui qui sait, veut savoir toujours plus. Et en définitive, « les hommes meurent et ils ne sont pas heureux » – conclue amèrement Albert Camus. 

Eh bien, le bonheur que propose Jésus avec les béatitudes se démarque des conceptions ordinaires que s’en font les hommes. Car pour l’Évangile, le bonheur n’est pas un programme ; c’est une personne. Saint Augustin parle du bonheur en ces termes : « Dieu n’est pas seulement amour. Dieu n’est pas seulement miséricorde. Dieu est aussi bonheur. Le bonheur est l’un des noms de Dieu ».

Oui, la première vérité à saisir dans les Béatitudes est que le bonheur vient de Dieu. C’est Lui la source de notre bonheur.

Oui, les béatitudes sont un chemin vers Dieu qui veut partager son bonheur avec nous. Elles brossent le profil du Christ, et par conséquent le profil du chrétien. C’est la carte d’identité des chrétiens que Jésus béatifie lui-même sur la montagne.

Oui, sur la montagne des Béatitudes Jésus procède à la toute première béatification de l’histoire :

  • heureux les pauvres de cœur,

  • heureux les doux,

  • heureux les miséricordieux,

  • heureux les artisans de paix.

Demandons à Jésus de nous donner l’humilité et le courage de suivre ces chemins du bonheur que lui-même nous a tracés avec sa propre vie. 

Père Stanislas

L’amour du Christ nous presse – homélie

Homélie du 22 janvier 2023 – Père Stanislas Stawicki

III Dimanche – Mt 4, 12-23

Dans une culture ambiante qui valorise le circonstanciel et ignore la vertu de répétition, le temps dit « ordinaire », constitue un grand défi. Voilà pourquoi nous concevons parfois le temps ordinaire en négatif. « Ordinaire » devient alors synonyme de quelconque, banal, fade, plat. Or, Simon et André, Jacques et Jean dont nous parle l’Evangile de ce dimanche, ont été appelés dans l’ordinaire de leur vie et non pas le jour du shabbat, au cours d’une célébration religieuse ou pendant les exercices spirituels. Ils accomplissaient leurs tâches quotidiennes. Ils étaient pêcheurs. C’est ainsi qu’ils gagnaient leur vie.

Oui, la force de ce récit évangélique réside dans le fait que les premiers disciples ont été appelés sur leur lieu de travail. C’est comme si Jésus voulait nous dire que notre vie chrétienne ne peut pas se limiter aux moments solennels, aux fêtes et aux dimanches. La maturité spirituelle, mais aussi celle humaine, affective, psychologique ne se fonde pas uniquement sur des expériences fortes ou sur les émotions de quelques moments. Jésus vient à notre rencontre dans l’ordinaire de notre vie; en nous interpellant sur les rives de notre quotidien. D’ailleurs, repetitio est mater studiorum – enseigne une sentence latine. « Répétition est mère d’apprentissage ». C’est en forgeant que l’on devient forgeron.

Chers frères et sœurs, les premiers disciples de Jésus n’étaient certainement pas différents de nous, sauf pour ce détail : ils ont répondu à l’appel du Maître sans hésiter, sans discuter, sans poser aucune condition. Ils ne s’interrogent même pas sur leurs compétences ou la raison de leur choix par le Seigneur; ni même sur les conséquences du geste qu’ils vont poser. « Aussitôt, laissant leurs filets, laissant la barque leur père – nous dit l’évangéliste, ils le suivirent ».

Voyez-vous, Jésus n’organise pas de concours pour recruter ses disciples. Nous n’avons pas besoin de postuler. Jésus ne nous demande pas de rédiger notre Curriculum vitae. Il n’est pas non plus utile de faire bonne impression. Il s’agit de lui faire confiance.

Evidement, ce radicalisme de Simon, André, Jacques et Jean surprend, étonne, mais aussi effraie. Oui, d’une certaine manière, nous sommes beaucoup plus proches de Jonas fuyant Dieu (Jon 3, 1-5) que de ces premiers disciples qui quittent tout immédiatement. Heureusement, Dieu est patient. Dieu croit en nous. Il parle à Jonas une deuxième fois. Si c’est nécessaire, il nous parlera, à nous aussi, une deuxième, une troisième, une énième fois…..

Et encore une chose.

Le 28 décembre dernier, le pape François a signé une Lettre apostolique intitulée « Totum amoris est » (Tout appartient à l’amour). Elle a été publiée à l’occasion du IVe centenaire de la mort de saint François de Sales, décédé à Lyon le 28 décembre 1622.

Journaliste, confesseur, prédicateur, diplomate, théologien, évêque…, François de Sales était un véritable « couteau suisse »! Henri IV disait de lui: « Quel oiseau rare » ! En effet, le roi avait perçu dans la même personnalité « le gentilhomme, le docte et le dévot ». On comprend pourquoi tant de pouvoirs mondains cherchèrent à s’approprier cet être d’exception. Mais le saint évêque de Genève était de la liberté intérieure dont sont habités les amis de Dieu.

On dit qu’ayant hérité d’un tempérament violent, François de Sales cultiva laborieusement et quotidiennement la douceur au point que c’est justement cette qualité que la postérité a retenue chez lui. Saint Vincent de Paul disait à son propos : « Que Dieu doit être bon, puisque François de Sales est si bon » ! On comprend alors pourquoi ce grand saint Savoyard était proclamé par l’Eglise « maître de la douce charité », et élevé à la dignité de docteur de l’Eglise.

Or, cet « oiseau rare » qu’est saint François de Sales, a été légué aux prêtres de la Congrégation fondée à Rome deux siècles plus tard par saint Vincent Pallotti – que nous fêtons en ce 22 janvier – comme « maître dans la vie spirituelle et dans l’activité apostolique ». En effet, tous les deux plaidaient pour la sainteté et l’apostolat universels. Tous les deux étaient également persuadés que « tout appartient à l’amour », et ils mettaient cet amour au centre de leur vie chrétienne et de leur engagement apostolique : « Tout par amour, rien par force » – était la devise de saint François de Sales. Celle de Pallotti, a été empruntée chez saint Paul Apôtre : « L’amour du Christ nous presse » (2 Cor 5, 14). Tous les deux sont mort à l’âge de 55 ans.

« Peut-on être un saint sans Dieu ? C’est le seul problème concret que je connaisse aujourd’hui » – écrivait en 1947 Albert Camus. Oui, répondent des hommes et des femmes autour de nous ; mais leur existence même continue à poser la question de Dieu. Quant à saint François de Sales et saint Vincent Pallotti, leur réponse est brève et nette. En faisant chaque matin au réveil le signe de la croix, ils conseillent de dire : « De moi-même, je ne peux rien faire. Avec Dieu, je peux tout. Je suis prêt à tout faire, par amour de Dieu ».

Rendons grâce à Dieu pour ces deux « oiseaux bien rares » : saint François de Sales et saint Vincent Pallotti qui nous ont été donnés pour nous faire grandir en chrétiens. En effet, un saint est un espace dans lequel nous pouvons puiser l’inspiration et la force pour notre propre croissance. Ainsi soit-il également pour nous !