Archives par mot-clé : SOUFFRANCE

XXième congrès Miséricorde Divine : homélie Mgr Jachiet

XXième congrès de la Miséricorde Divine

Lectures : 27 dimanche temps ordinaire : Gn2,18-24/He2,9-11/Mc10,2-16

« Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » (Mc 10,  2-12)

Frères et sœurs, alors que pendant 24 heures on médite sur la Miséricorde Divine, on prie le Seigneur, on invoque Sainte Faustine. Et bien, demandons-nous comment les écritures nous parlent de la Miséricorde. Et plus spécifiquement posons-nous cette question : “dans la vie de Jésus, dans la vie de Jésus, dans son ministère, quelles ont été les personnes qui ont, en premier, bénéficié de son ministère, qui ont fait l’objet de toute sa sollicitude, de toute son attention ?” Il faut aller voir l’évangile. C’est intéressant de lire un évangile à la suite. Alors les catégories de personnes vraiment qui ont eu droit, je dirais, à être les “chouchous” du seigneur Jésus. Ce sont les paralytiques, les épileptiques, les lépreux, les fiévreux, l’hémorroïsse, des infirmes, des mourants des aveugles, des atrophiés, des boiteux, des estropiés, … Voyez les malades, les personnes avec un handicap tous ceux qui souffrent dans leur chair, et bien, le Seigneur s’est dirigé vers eux en tout premier. Mais on peut ajouter aussi un grand nombre de possédés, un grand nombre de pêcheurs publics Aussi des personnes en situation d’adultère, de prostitution et des situations aussi de détresse : être veuf, avoir perdu son enfant. Au fond, qu’est-ce que le Seigneur recherche ? Continuer la lecture de XXième congrès Miséricorde Divine : homélie Mgr Jachiet

_

Homélie Père Christophe HERMANOWICZ-01/07/2017

Aimer le Christ nous apprend à aimer les autres. Aimer le Christ, c’est entendre sans cesse : ”Aimez-vous les uns les autres”.

Lectures : 13ieme dimanche temps ordinaire : 2R4,8-11.14-16a/Ro6,3-4.8-11/Mt10,37-42

« Qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ‘ ». Jésus ne nous dit pas de ne pas aimer notre prochain; ce serait nouveau ! Mais on est dans un contexte de persécution, aussi bien quand Jésus parle, que lorsque Matthieu écrit son évangile. Prendre le chemin de Jésus, c’était courir le risque d’être incompris de ses parents, de ses amis et de son entourage, et d’être même rejeté par eux. Continuer la lecture de Homélie Père Christophe HERMANOWICZ-01/07/2017

_