Archives par mot-clé : fidèle

Jésus descendit de la montagne avec les Douze

“Que Jésus nous prenne  en grâce, nous bénisse et qu’il nous oriente vers les biens éternels”

Lectures : Sixième dimanche du temps ordinaire

« Heureux les pauvres ! Quel malheur pour vous les riches ! » (Luc chapitre 6)

Frères bien aimés, les textes liturgiques de ce sixième Dimanche de Temps Ordinaire de l’année C laissent entrevoir en filigrane « la quête du bonheur ou la soif du bonheur ». De ce fait, cette quête du bonheur ne peut se résumer que dans le message chrétien. Car « le chrétien est, ou devrait être, l’homme des béatitudes. Les grands saints ont vécu ces paradoxes, être heureux dans la pauvreté, dans la disette, dans le chagrin, dans la haine, l’insulte et l’exclusion. Ce n’est pas du dolorisme. Car il s’agit vraiment de bonheur, et même du vrai bonheur. Continuer la lecture de Jésus descendit de la montagne avec les Douze

_

Le sacrement des malades, une folie…

Il faut avoir un grain de folie pour demander le sacrement des malades… Ou alors être malade et penser que cela nous sauvera. Mais de quoi ? de notre folie ? Oui, le sacrement des malades est un saut dans l’inconnu. C’est comme se jeter du haut d’un pont pour un saut à l’élastique sans avoir la possibilité de vérifier le matériel ! Quelle inconscience. Ou alors on espère avoir une grâce. Sans avoir réalisé que cette Grâce était déjà à l’œuvre bien avant que nous fassions ce choix. Sans prendre conscience que le sacrement des malades est une communion avec toute une assemblée, tout un peuple. Continuer la lecture de Le sacrement des malades, une folie…

_

L’Eucharistie selon Justin de Rome

Rencontre “Mieux Vivre la Messe” du 16 décembre 2018

Animatrices : Laurence Tassi, Valentine Blandin, Evelyne Duvaleix

L’Eucharistie selon Justin de Rome

La première description un peu détaillée est’ celle de Justin, un philosophe chrétien résidant à Rome au milieu du 2ème siècle. Comme on accusait les chrétiens de toutes sortes de crimes parce qu’ils se réunissaient entre eux, la nuit, Justin veut les défendre aux yeux de l’empereur, et dans un écrit, l’Apologie, il dit : voilà ce qui se passe chez nous.

« Le jour qu’on appelle le jour du Seigneur, tous, dans les villes et à la campagne, se réunissent en un même lieu : on lit les mémoires des Apôtres (les Evangiles) et les écrits des prophètes (Ancien Testament) autant que le temps le permet. Quand le lecteur a fini, celui qui préside fait un discours (homélie ou sermon) pour avertir et pour exhorter à l’imitation de ces beaux enseignements. Continuer la lecture de L’Eucharistie selon Justin de Rome

_