Archives par mot-clé : eglise

Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent

“Jésus nous invite à dépasser le superficiel, les apparences, pour que nos pensées et nos comportements soient tournés vers l’essentiel de l’amour !”

Lectures : Vingt-cinquième dimanche du temps ordinaire

L’Evangile de ce dimanche nous rappelle que la venue du Royaume de Dieu ne s’inscrit pas forcement dans une passivité bienheureuse mais il n’advient pas non plus par nos seules et uniques forces. La venue du Royaume est d’abord accueil, et notamment accueil de ces dons et talents en nous que nous avons toujours à découvrir et à faire fructifier mais selon la sagesse de l’Évangile. En les faisant fructifier selon la sagesse de l’Evangile, nous nous faisons des amis dans les demeures éternelles. Oui, nous sommes tous appelés à être les fils de lumière, c’est à dire des citoyens du Royaume de Dieu, car personne n’est prédestiné à n’être que fils de ce monde. En tant que fils de Lumière nous avons donc à faire preuve de quelques dynamismes inventifs pour participer déjà au dynamisme de la vie Trinitaire, au dynamisme de ce Royaume qui est déjà parmi nous. Et ce dynamisme, cet élan ne saurait être vécu qu’avec un cœur simple et sage, pas avec un cœur double, pas avec un cœur partagé ou divisé. Jésus le rappelle, personne ne peut servir deux maîtres ! Un choix s’imposera alors : Mammon ou Jésus. Mammon, un mot qui veut dire tout simplement richesse en araméen mais que Jésus personnifie comme une idole asservissant le monde. Jésus dont le nom signifie Sauveur, Jésus le ressuscité nous appelle par seul amour à quitter nos tombeaux et autres servitudes pour entrer déjà et activement, dans la vie éternelle déjà là. « Je te propose, est-il écrit dans le Livre du Deutéronome, la vie ou la mort. Choisis donc la vie ! » Continuer la lecture de Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent

_

Assomption : heureuse la mère qui t’a porté en elle

« Marie entre corps et âme dans la vie de Dieu, au ciel : Le ciel, c’est quelqu’un. Le ciel c’est Dieu et les frères.»

 Lectures : Assomption de la Vierge Marie

2019 – Homélie  fête de l’Assomption

Pour cette fête de l’ Assomption, l’Église nous propose très justement ce passage de la Visitation de Marie à sa cousine Elisabeth. En effet les premières phrases du Magnificat , le cantique de Marie, annoncent d’une certaine manière, le merveilleux destin de la mère du Sauveur : «  Le Seigneur s’est penché sur son humble servante, désormais tous les âges me diront bienheureuse ». C’est bien le sens de cette fête : nous célébrons aujourd’hui cette certitude de foi que Marie est bienheureuse éternellement, elle partage pleinement la plénitude de la vie de Dieu, sa vie d’amour pour toujours, sa vie éternelle.  Ce que nous célébrons dans l’Assomption de Marie, c‘est la vie, en son achèvement, en son aboutissement, le couronnement de sa vie sur terre, la vie humaine saisie en Dieu,elle est unie à son Fils ressuscité; Marie entre corps et âme dans la vie de Dieu, au ciel : Le ciel, c’est quelqu’un. Le ciel c’est Dieu et les frères. Le ciel, n’est pas un lieu, une sorte de résidence secondaire dont nous pourrions rêver pour de grandes vacances, c’est une relation, une présence, une communion,  une rencontre, un rendez-vous avec quelqu’un qui nous est cher et qui nous aime.  A la suite du Christ, c’est l’entrée de l’humanité, dans la vie de Dieu, que Marie, toute donnée, toute consacrée à Dieu, inaugure.                                                                                                                                          

Pour nous, célébrer aujourd’hui cette Assomption, c’est en quelque sorte, accueillir et célébrer à l’avance, notre mort comme un passage, comme une naissance, comme le couronnement de notre vie, comme de lumineuses et joyeuses retrouvailles. Nous croyons que le désir de Dieu de nous associer à sa vie, désir qui s ‘est déjà réalisé en Marie peut aussi se réaliser en chacun de nous.

Continuer la lecture de Assomption : heureuse la mère qui t’a porté en elle

_

Spectacle “Samedi de Lumière” Karlheinz Stockhausen

La Philharmonie de Paris a donné, vendredi 28 et samedi 29 juin 2019, l’opéra de Karlheinz Stockhausen “Samstag aus Licht” (“Samedi de Lumière”,  dont la première partie avait lieu à la Cité de la Musique, et la deuxième partie (scène 4) avait lieu en l’église Saint-Jacques Saint-Christophe de la Villette.

Maxime Pascal en a assuré la direction musicale et la conception du spectacle.

Le livret de cette dernière scène provient du livre “Salutations de vertus” de Saint-François d’Assise.

Lodi delle virtù [Salutation des vertus], saint François d’Assise

Salut, reine Sagesse, que le Seigneur te garde, avec ta sœur, sainte et pure Simplicité.

Dame sainte Pauvreté, que le Seigneur te garde, avec ta sœur, sainte Humilité.

Dame sainte Charité, que le Seigneur te garde, avec ta soeur, sainte Obéissance.

Vous toutes, saintes Vertus, que le Seigneur vous garde, lui de qui vous procédez et venez.

Nul homme en ce monde, si d’abord il ne meurt, ne peut posséder une seule entre vous.

Qui possède l’une et ne blesse pas les autres, il les possède toutes, et qui blesse l’une, n’en possède aucune et les blesse toutes, et chacune d’elles met en déroute les vices et les péchés.

La sainte Sagesse confond Satan et toutes ses malices.

La pure et sainte Simplicité confond toute sagesse en ce monde et toute sagesse de la chair.

La sainte Pauvreté confond toute cupidité et l’avarice et les soucis matériels de ce monde.

La sainte Humilité confond l’orgueil et tous les vaniteux de ce monde et toutes les prétentions de ce monde.

La sainte Charité confond toutes les tentations, qu’elles viennent du diable ou de la chair et toutes les craintes égoïstes.

La sainte Obéissance confond tout charnel attachement et tient le corps mortifié pour qu’il obéisse à l’esprit et pour qu’il obéisse à son frère ;

C’est elle qui rend l’homme docile et soumis à n’importe quel homme de ce monde, et non seulement aux hommes, mais aux bêtes et aux fauves eux-mêmes, afin qu’ils puissent vivre en liberté, autant que leur permet le Seigneur.

************************************

La libération de la corneille, sur le parvis de l’église :

Critiques du spectacle :

www.olyrix.com/articles/production/3240/samstag-aus-licht-karlheinz-stockhausen-le-balcon-philharmonie-de-paris-avis-critique-chronique-article-compte-rendu-damien-pass-alphonse-cemin-maxime-pascal-damien-bigourdan

www.diapasonmag.fr/critiques/samstag-aus-licht-de-stockhausen-une-journee-de-lumiere-a-la-villette-29193

Pour plus de renseignements :

philharmoniedeparis.fr/fr/activite/opera/19112-samstag-aus-licht-stockhausen

_