Archives par mot-clé : charité

Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde

“Chrétiens, nous avons tous besoin de la foi des uns et des autres pour rendre notre charité plus attractive, plus inventive, plus rayonnante de l’amour miséricordieux de notre Dieu.”

Lectures : Deuxième dimanche du temps ordinaire

Dans un article de la Vie, je lisais le témoignage d’un bénévole de SOS Chrétiens à l’écoute : une nuit, étant de permanence, je reçois un appel d’un jeune homme qui me dit : «  j’ai 23 ans, je me prostitue depuis l’âge de 17ans. Cette nuit, j’ai trouvé un bouquin sur une poubelle ; il parle d’un Dieu qui est Père et Amour ; ça me fait trop mal, moi mon père m’a battu et violé et l’amour, c’est cent balles ! Alors de deux choses l’une : ou bien ce livre raconte des bobards, et vous les chrétiens vous êtes des enfoirés de vouloir nous le faire croire ! Ou bien c’est vrai, et vous êtes encore plus des enfoirés car personne n’est venu me le dire ». Ce coup de fil m’a bouleversé et je me suis dit : « Moi, je crois que c’est vrai, alors je vais essayer d’aller le dire à ceux qui en ont le plus besoin dans la rue ». Continuer la lecture de Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde

_

Tu as reçu le bonheur, et Lazare, le malheur

« Pauvre ou riche, ouvrons notre cœur pour nous préparer à la rencontre avec Dieu. Nous verrons le triomphe de l’amour sur la mort.»

 Lectures : Vingt sixième dimanche temps ordinaire

Frères et sœurs,

Bien aimés de Dieu, Avec l’histoire du Pauvre Lazare, nous nous trouvons directement plongés dans la vie après la mort avec un renversement de situation : celui qui été comblé pendant sa vie sur terre se retrouve en enfer ; celui qui a été malheureux ici-bas se retrouve au Paradis. Bien sûr, cette histoire que nous rapporte Jésus, nous invite à nous interroger sur la manière dont nous vivons notre vie présente.

Alors, regardons d’un peu plus près l’attitude du mauvais riche. Trois caractéristiques me semblent importantes à reprendre. Tout d’abord, il a un cœur fermé ; un cœur fermé à Dieu et fermé aux autres et bien évidement au pauvre Lazare qui gît devant chez lui. Nous retrouvons ici un danger souvent évoqué chez Jésus. Le danger des richesses. L’abondance des richesses qui nous donne l’illusion d’être comblé et, par conséquent, qui risque aussi de fermer le cœur à Dieu. Il est bien connu que ceux qui vivent dans le besoin ont plus naturellement un cœur ouvert à Dieu, tandis que ceux qui vivent dans l’opulence ont plus de difficultés à reconnaître qu’ils ont besoin de Dieu. Continuer la lecture de Tu as reçu le bonheur, et Lazare, le malheur

_

Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part

Dans toutes vos œuvres de charité n’oubliez pas que vous les faites avec le Seigneur et pour le Seigneur”

Lectures : Seizième dimanche temps ordinaire

Bien aimés de Dieu, la liturgie de la parole de ce jour nous interpelle sur une attitude très importante: l’accueil. Au temps d’Abraham l’on devait l’hospitalité à tous les voyageurs et aux étrangers de passage parce qu’ils étaient loin de chez eux et parce qu’ils ne représentaient pas de danger particulier. Aussi parce qu’avec les étrangers l’on pouvait s’informer de ce qui se passait ailleurs. Ils étaient malgré eux des messagers, des porteurs de bonnes ou mauvaises nouvelles. Même si le récit de l’hospitalité réservée par Abraham aux trois visiteurs qui se présentent à lui extrapole les marques d’attention envers ces inconnus, il est fidèle aux us et coutumes de l’époque. Son empressement à accueillir ces étrangers de passage et les soins dont il les entoure s’explique par le caractère particulier de cette rencontre. Les visiteurs ne sont pas de simples voyageurs de passage. Il s’agit du Seigneur Lui-même qui visite Abraham. Le Seigneur apparut donc à Abraham; et il n’est pas seul. Ils sont trois hommes qui se tiennent debout près de lui. C’est dire que le Seigneur ne voyage pas seul. Les deux autres personnages pourraient si nécessaire témoigner de la véracité de la nouvelle dont il est le messager. Et la Nouvelle que le Seigneur et ses messagers annoncent concerne Abraham et Sara : « au temps fixé pour la naissance, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. » Continuer la lecture de Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part

_