Archives par mot-clé : concile

Communion spirituelle

Chers paroissiens, chers frères et sœurs,

C’est pour la première fois dans ma vie de prêtre que je dois vous demander de rester chez vous, de ne pas venir à la messe, à une célébration ou à une telle ou telle réunion ou rencontre. D’habitude, je vous demande le contraire et j’espère que, bientôt, je le ferai à nouveau.

Prenez soin de vous, prenez soin des autres : les membres de vos familles, vos amis, vos voisins. Même un appel téléphonique, un sms envoyé peuvent devenir pour une personne malade, âgée, isolée comme une petite lumière qui lui permettra retrouver un peu d’espérance pour traverser cette période difficile.

Dépassons notre peur qui risque nous enfermer dans notre égoïsme. Soyons surtout attentifs aux personnes seules, âgées, aux familles nombreuses…  Aidons, partageons. Oui, malgré notre propre inquiétude, soyons témoins de la Miséricorde infinie de Dieu, soyons apôtres du Christ Miséricordieux !

Et n’oublions pas de prier. Le monde a besoin de notre prière ! Même en restant confiné dans notre maison, nous pouvons dire le chapelet, célébrer le chemin de croix, dire le chapelet à la Miséricorde Divine.

Quand nous entendons les cloches de notre paroisse sonner l’Angélus, entrons dans la communion de prière en nous tournant vers Marie.  Elle a été auprès de son Fils au pied de La Croix, elle est avec nous, ses enfants, en ces temps difficiles. Continuer la lecture de Communion spirituelle

_

Il vint habiter à Capharnaüm pour que soit accomplie la parole d’Isaïe

“Sa Parole met en route les disciples qui osent le suivre. Sa Parole rend libre, profondément libres ceux qui l’accueillent. La Parole de Dieu crée la communion et apporte la joie.”

Lectures : Troisième Dimanche du temps ordinaire : dimanche de la parole

INTRO À LA LITURGIE DE LA PAROLE

Le pape François dans sa lettre publiée à l’occasion de ce dimanche de la Parole nous rappelle que la Bible ne peut pas être seulement le patrimoine de quelques-uns et encore moins une collection de livres pour quelques privilégiés.

Elle appartient avant tout au peuple convoqué pour l’écouter et se reconnaître dans cette Parole. La Bible est le livre du peuple du Seigneur qui dans son écoute passe de la dispersion et de la division à l’unité. La Parole de Dieu unit les croyants et les rend un seul peuple. Et cela prend sens en cette semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

Pour le chrétien, c’est toute l’Ecriture qui parle du Christ. L’Ancien Testament l’annonce. Le Nouveau Testament le proclame. « La Bible, en tant qu’Ecriture Sainte, parle du Christ et l’annonce comme celui qui doit traverser les souffrances pour entrer dans la gloire. Ce n’est pas une seule partie, mais toute les Ecritures qui parlent de Lui. A travers la proclamation de la Parole, c’est « le Christ Jésus qui frappe à notre porte … pour entrer dans notre vie et demeurer en nous » . Grâce à l’Esprit Saint, la Sainte Ecriture se transforme en « une Parole vivante de Dieu, vécue et transmise dans la foi de son peuple saint ». Elle provoque alors « douceur et amertume … partage de l’espérance qu’elle contient » §12), et rappelle aussi « l’amour miséricordieux du Père qui demande à ses enfants de vivre dans la charité ».

Il s’agit donc pour tout disciple de se mettre à l’écoute de cette Parole Vivante, aujourd’hui dans la prière, dans son étude et dans sa proclamation liturgique, en particulier dans l’Eucharistie. Continuer la lecture de Il vint habiter à Capharnaüm pour que soit accomplie la parole d’Isaïe

_

Profession de foi : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole

“Le départ de Jésus n’est pas une absence car il n’y a pas de distance entre Dieu et nous. Dieu est présent au plus profond de notre cœur.”

Lectures : Sixième dimanche de Pâques

« L’Esprit Saint vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit » (Jean chapitre 14)

Nous avons besoin de présence pour voir, sentir, toucher, étreindre. L’absence est toujours un déchirement. La déclaration de Jésus est donc pour le moins inquiétante et mystérieuse : « Je m’en vais et je reviens vers vous.» Le départ de Jésus n’est pas une absence car il n’y a pas de distance entre Dieu et nous, mais son départ fait partie du processus de l’acquisition de l’autonomie. Jésus parle aussi d’une autre présence de Dieu, celle de l’Esprit.

Très tôt, les parents, nous développons chez les enfants une force intérieure solide. Les parents réalisent rapidement qu’ils ne peuvent tout contrôler et mettre a l’abri leurs enfants de toutes les menaces, ou les prendre continuellement par la main en route vers leur futur. Les liens parentaux en particulier avec la mère (c’est bien leur fête aujourd’hui), sont si forts qu’il en demeure toujours quelque chose d’important malgré le temps, la distance ou même l’absence. N’est-ce pas le même discours que tient Jésus à ses disciples? L’absence ne tue l’amour que s’il est malade au départ. Continuer la lecture de Profession de foi : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole

_