Archives par mot-clé : maison

Aimer les uns les autres, comme je vous ai aimés 

Lectures du jour :

V Dimanche de Pâques – Jn 13, 31-35

En recevant un cadeau, nous pensons déjà à la manière d’en remercier pour ne pas nous sentir dépréciés ou ingrats. Nous voulons récompenser. Le don crée un devoir de gratitude, c’est-à-dire de la réciprocité ! C’est bien sur ce mode d’agir que nous avons construit des normes de l’éducation civique. Autrement dit, nous avons canonisé la réciprocité au détriment d’une valeur profondément évangélique, à savoir la gratuité.

 

« Je vous donne un commandement nouveau – nous dit Jésus dans l’Évangile de ce dimanche, celui de vous aimer les uns les autres, comme je vous ai aimés ».

 

Je me suis souvent demandé en quoi consiste la nouveauté de ce commandement que Jésus nous donne ? A-t-il la saveur de la réciprocité ou de la gratuité ?

Eh bien, la nouveauté de ce commandement ce n’est pas le commandement d’aimer. Jésus ne l’invente pas. Ce commandement d’amour existe bel et bien dans l’enseignement des rabbins de son temps. Mais ce qui est nouveau, c’est d’aimer comme lui. En d’autres mots, Jésus nous demande d’aimer d’une manière qui soit capable d’aller au-delà de la réciprocité. Ce qui n’est pas du tout facile, puisque nous avons habituellement tendance à aimer selon les critères de double comptabilité : nous aimons avec l’espoir d’être remboursés. Nous donnons avec l’intention plus ou moins manifeste de recevoir au moins autant. Et nous appelons cela la politesse ou le respect.

Oui, nous avons fait de la réciprocité une valeur culturelle, alors que ce n’est certainement pas la manière dont le Christ nous demande d’aimer. C’est vrai, Jésus nous dit : « aimez-vous les uns les autres », mais il ajoute « comme je vous ai aimés ».

Si Jésus n’avait pas ajouté ce « comme », nous aurions pu chercher chez l’autre le critère de l’amour : je t’aime, puisque tu m’aimes. L’amour devient alors une sorte de spirale de la compétition et de la comparaison. Oui, humainement parlant, l’amour a été réduit à cela.

 

Mais revenons à notre question. Le commandement nouveau que Jésus nous donne, a-t-il pour vous la saveur (le goût) de la réciprocité ou de la gratuité ?

Je sais que cela dérange, mais pour répondre à cette question, nous devons considérer l’Évangile dans son ensemble et voir comment il nous a, lui-même, aimés.

Eh bien, si nous regardons certaines images de l’Évangile, nous nous rendons compte que la façon d’aimer de Jésus est une gratuité par excellence. Je vous en donne trois exemples.

D’abord la parabole du semeur (Mt 13, 3-9). Nous la connaissons bien. D’ailleurs Jésus lui-même la commente longuement. Le semeur ne jette pas la semence uniquement là où il espère en tirer un gain. Il sème largement et généreusement dans toute sorte de terre.

Deuxième exemple la parabole des ouvriers de la dernière heure (Mt 20, 1-16).  Ceux qui sont venu travaillé dans l’après-midi,  ont reçus autant que ceux qui ont travaillé toute la journée. Quel scandale !

Et finalement, rappelons-nous le geste de Marie de Béthanie qui, dans la maison de Simon verse un parfum précieux sur la tête de Jésus (Mc 14, 39). Ce geste gratuit et total, Judas Iscariote ne le comprend pas et pleure l’argent qu’il aurait pu voler.

C’est vrai, en regardant ce geste avec des critères purement humains, c’était un peu fou d’agir ainsi. D’un point de vue utilitaire, cela représentait du gaspillage!

Et cependant, nous devenons véritablement chrétiens, des chrétiens adultes, lorsque nous apprenons à aimer comme Jésus. En d’autres termes, la réciprocité peut faire de nous de bons citoyens, mais elle ne fait certainement pas de nous de bons chrétiens.

Jésus nous invite à rompre avec cette logique pour ne pas imiter Judas Iscariote, le bon citoyen qui fait les calculs pour éviter le gaspillage, mais qui reste fondamentalement un voleur et un traître. En effet, bien souvent, ceux qui se font les défenseurs de l’égalité et de la réciprocité, cachent quelque chose et font tout pour que leur désordre n’apparaisse.

 

Et encore une petite chose.

« Je vous donne un commandement nouveau: c’est de vous aimer les uns les autres, comme je vous ai aimés ».

On peut se demande : tout cela n’est-il pas un peu trop beau? Nous savons par expérience que cela ne va pas de soi d’aimer notre entourage: il y a des gens avec qui « cela va tout seul » – comme on dit; il y en a d’autres avec qui c’est bien difficile, sans parler de ceux pour lesquels nous éprouvons une véritable allergie ! Ou pire encore, ceux qui ont agi envers nous d’une manière impardonnable.

Jésus n’ignore certainement pas tout cela quand il nous donne ce commandement, mais il ne confond pas amour et sensibilité. Rappelons-nous le contexte dans lequel ce commandement nouveau nous est donné. Cela se passe pendant son dernier repas avec ses disciples. Jésus commence par leur laver les pieds. Il lave les pieds de tous : de celui qui va rester debout au pied de sa croix (Jean), mais aussi de celui qui va le renier (Pierre), et de celui qui va le trahir (Judas).

Voyez-vous! Jésus aime. Tout court! Et la clé de cet amour est dans l’humble service accompli envers tous. Autrement dit, le plus important, ce n’est pas la qualité de nos discours ou de nos connaissances, pas non plus la beauté de nos cérémonies. Ce qui compte, c’est la qualité de notre service.

Père Stanislas

Autres homélies du Père Stanislas

fip15_mai_22

Au nom du Christ laissons-nous réconcilier avec Dieu

4ème dimanche de carême   Année C

Lectures de ce dimanche

Dans cette parabole de l’évangile de Luc, proposée ce dimanche, Jésus nous révèle l’amour fou de Dieu à travers ce père miséricordieux, dans son comportement à l’égard de ses deux fils qui ne sont là que pour mettre en lumière son attitude de père qui ne les voit que comme ses enfants infiniment aimés.

Le cadet revendique sa part d’héritage. Face au don gratuit de son père, il veut faire sa vie tout seul ; il veut rompre avec lui. Il estime qu’il peut devenir lui-même sans ce lien d’amour qui l’unit à son père. Il se ferme à la vie. Il se recroqueville sur lui-même. Il dilapide ses biens, ses dons, mais surtout sa capacité d’aimer. Et s’il se lève : « Je me lèverai et j’irai chez mon Père », sa motivation est ambigüe, il semble plus tenaillé par son ventre vide que par le regret d’avoir offensé l’amour de son Père : « Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ». Il n’a pas compris que l’amour du Père est sa source, son identité, sa vie, sa croissance, sa raison d’être, son bonheur. Il n’a pas compris que l’amour de Dieu n’aliène pas sa liberté mais le construit, le restaure, le re-crée. Il n’a pas compris que Dieu veut s’inviter chez lui.

Le fils aîné, lui qui est resté au service de son père, lui qui n’a pas transgressé ses ordres, estime avoir acquis des droits. Il se demande à quoi bon avoir fait tous ces efforts pour accomplir les exigences de la loi si le premier pécheur venu – à savoir le fils de son père qu’il refuse d’appeler son frère – a droit aux mêmes égards ; Nous pouvons comprendre sa réaction, lui qui a toujours été fidèle ! mais c’est à une autre logique qui n’est pas à mesure humaine, qu’il est invité : non pas celle d’être estimé digne mais celle de l’amour incommensurable de Dieu de tendresse et de vérité : « Tout ce qui est à moi est à toi ». L’amour ne se mérite pas ; il se donne, il se reçoit. Nous ne faisons pas le bien pour être aimés de Dieu, nous faisons le bien parce que nous sommes aimés de Dieu. Nous n’avons pas à mériter l’amour de Dieu…..à chercher à être estimés dignes !!!! C’est habités par cet amour sans cesse offert, qui nous appelle à nous réaliser pleinement et que nous ne méritons pas, que nous sommes invités à faire le bien.

Nous sommes parfois comme ces deux fils, nous aussi, nous portons, en nous-mêmes, ces deux tentations : Nous perdre dans un plaisir égoïste et errer loin de la vérité de notre vie ou nous croire juste et oublier la gratuité de l’amour…

L’attitude du père, le père sort de sa maison, il court pour venir à la rencontre du fils prodigue « il courut se jeter à son cou…Il sort pour supplier l’aîné » son amour totalement gratuit, sa joie de donner, de pardonner nous fait prendre conscience à la fois de nos manquements et de l’infini tendresse de Dieu davantage père que juge. S’Il juge la maladresse et la perversité de nos actes, ce Père, qu’est Dieu ne nous voit que comme ses enfants infiniment aimés. Il ne voit pas les coupables que nous sommes pour une part de nous-mêmes.  Ce n’est ni la blessure, ni la faute, ni l’égarement qui priment pour lui mais que nous soyons en vie, des vivants. Le père n’a qu’un seul désir : Serrer dans ses bras celui qui revient sans lui manifester le moindre reproche.

Quelle folie merveilleuse qu’un amour pour qui serrer dans ses bras est infiniment plus important que de manifester le moindre reproche. L’amour du Père va au-delà de tous les pourquoi as-tu fait cela, de tous les reproches. Il connait les faiblesses de notre vie, il ne nous en aime pas moins, Il est toujours en attente de notre retour.

Cf François :N’aie pas peur ; la peur nous tient en otage. Si notre vie s’ouvre à Dieu, notre vie ne peut plus être prise en otage ; Si ton péché t’effraie, ton passé t’inquiète, si tes blessures ne guérissent pas, si tec chutes constantes te démoralisent et que tu sembles ainsi perdre l’espérance : n’aie pas peur ; Dieu connait tes faiblesses et tes erreurs. Reviens à Dieu et à son pardon Il est beaucoup plus grand que tes péchés. Dieu vient te chercher : Ne conserve pas en toi tes péchés, tes misères, apporte les Lui, dépose les en Lui et elles se transformeront de motif de désolation en occasion de résurrection

Il nous regarde toujours avec une espérance qui nous réintègre pleinement dans notre dignité de fille et de fils bien aimé. Le prodigue a à peine le temps de dire son péché que le père le serre dans ses bras.  Etre aimé pour nous-mêmes sans raison est une réalité que nous avons du mal à comprendre. Il y a de la joie pour Dieu chaque fois que ce qui était perdu, est retrouvé, que ce qui était mort revient à la vie. Dieu ne se réjouit pas d’abord pour Lui mais pour nous parce que, retrouvés par Dieu, nous nous retrouvons nous-mêmes dans ce que nous sommes de plus vrai et de plus profond, de meilleur. Dieu n’a d’autre ambition que de nous voir réussir notre vie.

 Cf François : C’est le Père qui vient nous visiter et nous donner la joie de nous relever de nous remettre debout. Redécouvrons le sacrement de réconciliation qui est le sacrement de la joie. Là où le mal nous fait honte, il nous fait faire l’expérience de la chaleureuse étreinte du Père, de la douce force de Jésus qui nous guérit, de la tendresse maternelle de l’Esprit saint.

Au fond, ni l’aîné ni le cadet ne savaient qui était leur père, ils ne savaient pas l’amour gratuit qu’il leur portait et qui justement leur permettraient de se reconnaître comme fils et donc frères. Voilà ce Dieu-Père dont nous sommes les enfants bien aimés, frères et sœurs et qui « sort » à notre rencontre.. Comment ne pas l’aimer, comment ne pas faire tout pour répondre à l’amour qu’il nous porte !! Dans notre monde si violent et si habité par la cruauté, c’est avec Jésus, notre Frère, qu’il nous faut apprendre à devenir des fils et des filles de Dieu. Alors comme le rappelle si bien saint Paul : « Au nom du Christ laissons-nous-réconcilier avec Dieu » et soyons les ambassadeurs de sa puissance d’amour, de pardon, de réconciliation.

Père Francis

Autres homélies du Père Francis

fip_27_mars_2022

Baptême du Seigneur

Le baptême de Jésus dans le Jourdain n’était pas un passage obligé, mais un choix

Lectures :

Le baptême de Jésus – Lc 3, 15-16, 21-22

Les textes liturgiques de cette fête sont très riches en enseignement. On peut y repérer plusieurs leçons. J’en souligne trois seulement.

D’abord une question. Pourquoi Jésus plonge dans les flots du Jourdain ? Pourquoi se fait-il baptiser, là où les hommes avaient déjà coutume de se purifier de leurs fautes, alors qu’il était, Lui, sans péché ?

Telle était aussi la question de Jean Baptiste. C’est l’évangéliste Mathieu qui nous l’apporte. « C’est moi qui ai besoin de me faire baptiser par toi, et c’est toi qui viens à moi ? – s’étonne Jean le Baptiste.

Eh bien, pour Jésus le baptême n’est pas une nécessité. Il est en complète harmonie avec l’amour de Dieu. Il est sans péché. Mais, en descendant dans l’eau remplit des péchés des hommes, il se solidarise tout simplement avec les pécheurs que nous sommes. Continuer la lecture de Baptême du Seigneur