Archives par mot-clé : Roi

Allez aux croisées des chemins

“L’Église ne baissera pas les bras, elle continuera à faire l’œuvre du Roi en allant aux croisées des chemins rassembler tous les invités pour qu’ils prennent part au banquet du Royaume”

Lectures : 28ème dimanche du Temps Ordinaire

Les textes bibliques de ce 28ème dimanche du Temps Ordinaire nous adressent un appel à l’espérance. Cette espérance qui ne déçoit jamais ne peut être que Dieu seul. Elle nous ancre dans l’éternité, en nous donnant ce que seuls nous ne pouvons atteindre. Cette vertu théologale est donc à chercher auprès de Dieu. Tout au long des textes de ce jour, Dieu rejoint l’homme dans sa souffrance. Son message cherche à le raffermir dans la foi, c’est pourquoi, le prophète annonce l’intervention de Dieu qui opèrera un renversement radical non seulement du sort d’Israël mais aussi de tous les peuples (1ère lecture). IL instaurera un monde nouveau qui est en train de naître, un monde où rien n’est perdu de ce qui est beau et bon, un monde où le mal est exclu. Dieu sera lui-même celui qui prépare et invite au festin. IL invitera non pas un peuple en particulier mais l’humanité entière pour célébrer les noces de son Fils Jésus, envoyé pour épouser notre humanité par son incarnation. Le Père veut absolument que tous en bénéficient et s’en réjouissent. C’est donc toute l’humanité que Dieu veut rassembler auprès de lui. Les paroles de Jésus sont très claires : “Allez donc aux croisées des chemins ; tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les au repas de noce.” Avec Jésus (l’époux), personne n’est laissé pour compte. Nous sommes tous intégrés dans le mystère de l’incarnation du Christ.
La mission de l’Église, notre mission à tous, c’est d’être les messagers de cette invitation. En tant que chrétiens baptisés et confirmés, nous sommes envoyés dans le monde pour témoigner de cette bonne nouvelle et de l’espérance qui nous anime. C’est en vue de cette mission que Jésus nous envoie son Esprit Saint. Nous ne pouvons pas être disciples du Christ sans être missionnaires. C’est toute notre vie qui doit contribuer à l’annonce de Jésus. Voilà donc cette invitation à la fête. Même si la réaction de certains montre l’obstination de ceux qui se sont éloignés de la bonne nouvelle, nous ne devons pas être surpris ou même choqué devant l’attitude désinvolte des invités. Cependant, l’Église ne baissera pas les bras, elle continuera à faire l’œuvre du Roi en allant aux croisées des chemins et en essayant de rassembler tous les invités pour qu’ils prennent part au banquet du Royaume.

Père Pierre.

 

Les autres homélies du Père Pierre Dibi

Télécharger (PDF, 409KB)

_

Épiphanie : nous sommes venus d’Orient adorer le Roi

“L’étoile de la Miséricorde nous permet de reconnaître en Jésus le Sauveur, elle vient faire briller en chacun de nos cœurs, cette espérance que Dieu compte sur nous, pour être ses témoins.”

Lectures : Dimanche de l’Epiphanie

Voilà, frères et sœurs, qu’aujourd’hui, comme chaque année, nous sommes présentés les visages de ces mages venus d’Orient. Nous les avons baptisés, par la tradition populaire catholique, et nous les présentons dans nos crèches, portant les marques de cultures différentes, et souvent de couleurs de peau différentes. Qu’en était-il vraiment ? Bien malin qui peut le dire avec précision, mais peu importe d’ailleurs. Ce qui est important, c’est que ce sont des mages. Qu’est-ce qu’un mage ? Un mage, à l’époque de l’évangile, c’est un homme qui observe les signes, les signes qui bouleversent ce monde, depuis la création, pour essayer d’en comprendre l’origine. C’est une sorte de savant. On dirait aujourd’hui, en français moderne, un scientifique. Quelqu’un qui ne se contente pas de ce qu’il sait. Mais qui cherche à en savoir davantage. Et qui pour parvenir à en savoir davantage n’hésite pas à étudier avec précision les signes qui sont autour de lui pour comprendre, comprendre ce que l’homme vient faire sur cette terre, comprendre ce que c’est que cette terre. Comment elle fonctionne, comment elle tourne. Essayer d’en savoir plus. Alors, comme lieu d’études et de contemplation, ce que nos yeux nous donnent de regarder quand nous nous tournons vers le ciel , il y a ce ciel qui nous enveloppe, et particulièrement la nuit, des astres qui brillent, des étoiles. Continuer la lecture de Épiphanie : nous sommes venus d’Orient adorer le Roi

_