Archives par mot-clé : sagesse

La parabole des dix jeunes filles

LA PARABOLE DES DIX JEUNES FILLES

« Le Royaume des cieux est semblable à dix jeunes filles invitées à des noces … » Cette comparaison très positive avec des noces prouve bien que Jésus n’a pas imaginé cette parabole pour nous inquiéter ; il nous invite à nous transporter déjà au terme du voyage, quand le Royaume sera accompli et il nous dit « Ce sera comme un soir de noce » : d’entrée de jeu, on peut donc déjà déduire que même la dernière parole « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure » ne doit pas nous faire peur, ce n’est jamais le but de Jésus. A nous de déchiffrer ce qu’elle veut dire.
C’est une parabole, c’est-à-dire que c’est la leçon finale qui compte. Ce n’est pas une allégorie, il n’y a donc pas à chercher des correspondances entre chaque détail de l’histoire et des situations ou des personnes concrètes. Enfin, ne nous scandalisons pas de ces prévoyantes qui refusent de partager, ce n’est pas une parabole sur le partage.
Toutes ces précautions prises, il reste à découvrir ce que peut vouloir dire cette fameuse dernière phrase « Veillez donc ». Pour commencer, reprenons les éléments de la parabole : des noces, une invitation ; dix jeunes filles, cinq d’entre elles sont insouciantes, cinq sont prévoyantes ; les prévoyantes ont de l’huile en réserve, les insouciantes ont pris leur lampe sans emporter d’huile… or il est vrai qu’une lampe à huile sans huile n’est plus une lampe à huile… C’est aussi insensé 1 que de mettre une lampe sous le boisseau : « On n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. » (Mt 5,15).
L’époux tarde à venir et tout notre petit monde s’endort, les prévoyantes comme les autres : on peut noter au passage que ce sommeil ne leur est pas reproché, ce qui prouve que le mot de la fin « Veillez » n’interdit pas de dormir, ce qui est pour le moins paradoxal ! L’époux finit quand même par arriver et l’on connaît la suite : les prévoyantes entrent dans la salle de noces, les insouciantes se voient fermer la porte avec cette phrase dont on ne sait pas dire si elle est dure ou attristée « Je ne vous connais pas » leur dit l’époux. Et cette fameuse conclusion : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »
Continuer la lecture de La parabole des dix jeunes filles

-

LE CONCERTO DE LA VIE

ANDRE SEVE.

LE CONCERTO DE LA VIE.

UN SOIR DE CONCERT, LE CÉLÈBRE VIOLONISTE PAGANINI JOUAIT AVEC TANT DE FOUGUE QU’UNE CORDE SE ROMPIT, LA PLUS FINE, LA CHANTERELLE. IMPERTURBABLE, IL CONTINUE DE JOUER.

UNE DEUXIÈME CORDE SAUTE, PUIS UNE TROISIÈME.

C’EST PRESQUE LA FIN DU MORCEAU. FRÉNÉTIQUEMENT APPLAUDI, PAGANINI TERMINE EN BEAUTÉ AVEC L’UNIQUE CORDE RESTANTE, LA GROSSE CORDE DE SOL. Continuer la lecture de LE CONCERTO DE LA VIE

_

Chantons le Seigneur-Misericordes sicut Pater

Un chant nouveau  :

Chantons le Seigneur : Misericordes sicut Pater
Chant : Jacqueline Richard
Paroisse St-Jacques St-Christophe de la Villette
www.sjsc.fr

“Misericordes Sicut Pater”

Continuer la lecture de Chantons le Seigneur-Misericordes sicut Pater

_