Archives par mot-clé : Pénitence

Carême : Jésus jeûne quarante jours, puis est tenté

“Carême : le but de ces quarante jours c’est de nous débarrasser de tout ce qui nous encombre, à l’extérieur comme à l’intérieur de nous.”

Lectures : Carême : Jésus jeûne quarante jours, puis est tenté

Chers Frères, chaque année, le temps de Carême marque le début de la pénitence, du jeûne et du partage. Pour les plus anciens, cette période évoque le temps de privations. Ils gardent le souvenir des liturgies quelques peu austères et d’une nourriture composée de pain et d’eau. Pour les générations actuelles, le Carême évoque l’action de solidarité. Il est donc heureux que notre paroisse s’engage dans cette voie de solidarité. Bien sûr, tout cela fait partie du Carême, mais ce ne sont que des propositions. Le but du Carême est à chercher ailleurs. Le but de ces quarante jours c’est de nous débarrasser de tout ce qui nous encombre, à l’extérieur comme à l’intérieur de nous. Nous nous en libérons pour n’avoir dans le cœur que l’essentiel : Jésus mort et ressuscité.

Ce 1er Dimanche de Carême nous invite à réfléchir sur les éléments clés de notre existence. Le récit de la Genèse nous apprend que l’homme a été créé pour le bonheur, la paix et la joie. Dans ce projet, Dieu veut notre bien et celui du monde. Mais les tentations et les convoitises de ce monde cherchent à nous détourner de notre idéal : Dieu. Ces éléments : la possession, le paraitre et le pouvoir ont été vaincu par Jésus au désert. En réalité, ce tentateur appelé diable par la Bible, cherche toujours à faire chuter l’homme. Il est présent dans toutes les luttes de notre vie et il n’en démord pas. Nous devons donc lui résister avec les armes que nous proposent l’Église. En nous référant aux tentations de Jésus et comment il a vaincu le tentateur, nous comprenons l’importance de la PAROLE dans notre vie de chaque jour. L’Écriture nous ouvre le cœur de Dieu. Sa méditation et sa mise en pratique auprès de nos frères, nous rapprochent de Dieu. C’est avec lui que nous trouvons force et courage pour lutter contre le mal. Avec Christ, nous apprenons à rejeter toutes les publicités mensongères qui courent à travers le monde et qui nous détournent de l’Évangile. Alors frères et sœurs, la lumière de la Parole de Dieu nous est offerte en ce dimanche pour éclairer notre vie. Comme le psalmiste disons : « crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. Ne me chasse pas loin de ta face, ne me reprends pas ton esprit saint. » (Ps. 50)

 

Orgue :Au grand Orgue, Guy Didier

– Entrée :
– Offertoire :
– Communion :
– Sortie :

Sur wikipedia :

Les autres homélies du Père Pierre Dibi

A lire également : LA FiP de la semaine

Télécharger (PDF, 307KB)

_

RAMEAUX-Homélie Père Rodrigue Chabi-20/03/2016

Lectures : Dimanche des rameaux : Lc19,28-40/Is50,4-7/Ph2,6-11/Lc22,14-23,56

« Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur »

”Acclamons l’humble serviteur

qui a accepté la croix et la mort pour que la vie soit victorieuse »

La liturgie du dimanche des Rameaux, en introduction à la Semaine Sainte, est particulièrement faite de deux textes visiblement discordants : l’Entrée triomphale de Jésus à Jérusalem et le récit de sa douloureuse passion. Les rameaux, que chacun de nous porte au cours de cette célébration, sont d’abord un signe qui rappelle l’enthousiasme des habitants de Jérusalem qui accompagnaient Jésus. Toute l’année, ils seront pour nous aussi le signe d’un rappel ; ils nous rappelleront qu’acclamer le Seigneur, c’est acclamer celui qui a accepté la croix et la mort pour que la vie soit victorieuse. Cette façon de brandir les rameaux en exultant de joie nous permet de comprendre que notre célébration des Rameaux ne rejoue pas l’histoire de notre salut à la manière d’un mime ; elle en fait mémoire en unissant son règne et sa passion. Continuer la lecture de RAMEAUX-Homélie Père Rodrigue Chabi-20/03/2016

_

Homélie Père Rodrigue Chabi-13/03/2016

Lectures : 5ieme dimanche de Carême :Is43,16-21/Ph3,8-14/Je8,1-11

« Femme, où sont-ils donc ?

Personne ne t’a condamnée ? »

Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit :

« Moi non plus, je ne te condamne pas.

Va, et désormais ne pèche plus. »

Venus en accusateur, les scribes et les pharisiens repartent la tête basse, silencieux d’avoir été pris à leur propre piège. Au terme de l’épreuve, Jésus en est sorti vainqueur et miséricordieux envers tous. Seuls restent celle dont le péché est rendu public et celui qui n’a pas péché. Deux sont donc restés, la misérable et le miséricordieux ; « misera et misericordia » disait St Augustin ; celle qui souffre et celui dont le coeur est compatissant à la souffrance. Continuer la lecture de Homélie Père Rodrigue Chabi-13/03/2016

_