Archives par mot-clé : Hermanowicz

Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur

“Cette vision ne se fait plus avec les yeux mais avec le cœur et dans la Foi. Cette présence se manifeste dans l’amour que nous recevons de Dieu et dans l’amour que nous nous témoignons les uns les  autres.”

Lectures : Sixième dimanche de Pâques

Vivre de et dans l’Esprit de Jésus

La semaine dernière Jésus nous disait qu’il était le chemin, la vérité et la vie. La semaine précédente nous disait en parabole qu’il était le bon pasteur et la porte du salut. Pour un chrétien, Jésus Christ est au cœur de tout, il conduit au Père, il nous ouvre les portes du Royaume et du salut, il est visage du Dieu invisible et lumière sur notre chemin, il est la Vie et la Vérité, il est pardon… Mais, pour nous en 2020, Jésus est-il vraiment le vivant ressuscité ou bien un événement du passé ?
La résurrection, c’est aujourd’hui.
Continuer la lecture de Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur

_

Je suis la porte des brebis

“Pour aimer, il faut se lier. Qu’elle serait triste la vie d’un homme ou d’une femme qui ne répondrait à aucun appel, qui resterait solitaire, indépendant, sans conjoint, sans amis.”

Lectures : Quatrièùe dimanche de Pâques

Dans la Bible, l’image du berger, du pasteur, est très présente. Elle se réfère à Moïse conduisant le peuple vers la Terre promise à travers le désert, et, plus loin dans la mémoire, aux pasteurs nomades qui furent les ancêtres d’Israël. Mais au premier plan, il y a David, le berger que Dieu a pris «derrière les brebis pour en faire le pasteur de son peuple ». Jésus parle le langage de la culture qui est la sienne. Son langage prend racine dans le temps et dans l’espace.

Église Saint-Jacques Saint-Christophe de la Villette - détail de la chaire – Christ enseignant des nations
Église Saint-Jacques Saint-Christophe de la Villette – détail de la chaire – Christ enseignant des nations

Que veut-il nous dire ? De quoi parle-t-il ? Il parle bien sûr de Lui et de ses relations avec nous. A l’arrière-plan, il nous parle des relations de Dieu avec les hommes. Comme toujours, il donne un sens nouveau aux réalités humaines qu’Il illustre dans ses paraboles. Jésus ne parle pas de l’aspect économique du troupeau : de l’exploitation d’un cheptel pour produire de la viande, du lait. Les images qui sont développées sont celle de l’enclos où le troupeau passe la nuit et celle de la porte de cet enclos. Il y a deux catégories d’hommes qui tentent d’approcher les brebis : d’un côté, les voleurs, de l’autre côté, le «vrai pasteur». Ce pasteur ne ressemble pas aux bergers traditionnels :  Continuer la lecture de Je suis la porte des brebis

_

Il se fit reconnaître par eux à la fraction du pain

“Que le Seigneur Jésus-Christ, maître de la vie, aide chacun à vivre le confinement et l’épreuve. Avec tous les prêtres de notre paroisse, je vous assure de ma prière.”

Lectures : Troisième dimanche de Pâques

Ne sommes nous pas, nous aussi, des disciples d’Emmaüs ?

Comme les disciples d’Emmaüs nous sommes sur le chemin. Chacun nous avons nos propres chemins, nos propres routes. Nous nous interrogeons sur les événements qui se produisent, ceux passés, ceux à venir. Nous pouvons être inquiets et troublés.

Comme les disciples d’Emmaüs ne sommes-nous pas découragés et désemparés ? Ce temps de confinement n’est il pas difficile à vivre ? Être privé de notre liberté, se retrouver seul ou bien en famille à gérer son propre travail et ses enfants, s’inquiéter de ce que sera demain avec toutes les incertitudes, s’interroger sur comment nous en sommes arrivés là, ne pas pouvoir visiter nos parents en maison de retraite ou bien vivre un deuil dans la solitude… Et que dire de ces jeunes couples qui se voient contraints de reporter l’événement heureux de leur mariage. Continuer la lecture de Il se fit reconnaître par eux à la fraction du pain

_