Archives par mot-clé : catéchuménat

Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent

“Jésus nous invite à dépasser le superficiel, les apparences, pour que nos pensées et nos comportements soient tournés vers l’essentiel de l’amour !”

Lectures : Vingt-cinquième dimanche du temps ordinaire

L’Evangile de ce dimanche nous rappelle que la venue du Royaume de Dieu ne s’inscrit pas forcement dans une passivité bienheureuse mais il n’advient pas non plus par nos seules et uniques forces. La venue du Royaume est d’abord accueil, et notamment accueil de ces dons et talents en nous que nous avons toujours à découvrir et à faire fructifier mais selon la sagesse de l’Évangile. En les faisant fructifier selon la sagesse de l’Evangile, nous nous faisons des amis dans les demeures éternelles. Oui, nous sommes tous appelés à être les fils de lumière, c’est à dire des citoyens du Royaume de Dieu, car personne n’est prédestiné à n’être que fils de ce monde. En tant que fils de Lumière nous avons donc à faire preuve de quelques dynamismes inventifs pour participer déjà au dynamisme de la vie Trinitaire, au dynamisme de ce Royaume qui est déjà parmi nous. Et ce dynamisme, cet élan ne saurait être vécu qu’avec un cœur simple et sage, pas avec un cœur double, pas avec un cœur partagé ou divisé. Jésus le rappelle, personne ne peut servir deux maîtres ! Un choix s’imposera alors : Mammon ou Jésus. Mammon, un mot qui veut dire tout simplement richesse en araméen mais que Jésus personnifie comme une idole asservissant le monde. Jésus dont le nom signifie Sauveur, Jésus le ressuscité nous appelle par seul amour à quitter nos tombeaux et autres servitudes pour entrer déjà et activement, dans la vie éternelle déjà là. « Je te propose, est-il écrit dans le Livre du Deutéronome, la vie ou la mort. Choisis donc la vie ! » Continuer la lecture de Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent

_

Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas

“Jésus prône l’idéal d’un amour parfait : il ne s’agit pas d’observer la loi mais de savoir si on a aimé..”

Lectures : 27ième dimanche temps ordinaire : Gn2,18-24/He2,9-11/Mc10,2-16

« Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » (Mc 10,  2-12)

Cette page d’évangile n’est pas facile. Qu’est-ce qui vous a marqué, dans ce passage d’évangile ? Qu’en diriez-vous à vos voisins ? Que retenons-nous de ce qui est le plus important pour nous ? Personnellement, je retiens : « celui qui n’accueille pas le Royaume de Dieu comme un enfant, n’y rentrera pas ».

Oui, la page de l’évangile selon saint Marc que nous venons d’entendre met en vis-à -vis deux attitudes à l’égard du Christ. L’attitude des enfants, dont on suppose, puisque Jésus les donne en exemple pour l’accueil du Royaume, qu’ils sont sans détours, et qu’ils se donnent généreusement à celui qui vient à eux. Et l’attitude des Pharisiens qui cherchent à mettre Jésus à l’épreuve en lui opposant la loi de Moïse, car c’est bien autour de la loi que Jésus est mis à l’épreuve. Continuer la lecture de Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas

_https://vimeo.com/228503835

Il fait entendre les sourds et parler les muets

“Nous sommes tous appelés à être guéris par Jésus afin d’ entendre le message d’amour qu’il nous délivre, cet amour nous dont nous avons tous une soif ardente. ”
Lectures : 23ième dimanche temps ordinaire : Is35,4-7a/Jc2,1-5/Mc7,31-37

« Il fait entendre les sourds et parler les muets » (Mc 7, 31-37)

On amène à Jésus un sourd-muet afin qu’il le guérisse. Et il le fait. Dans la scène du miracle que Jésus opère, deux choses vont retenir notre attention : d’une part les gestes que Jésus fait et l’ acclamation de la foule ; d’autre par la portée de la guérison qu’a opérée Jésus.

Jésus emmène le sourd-muet à l’écart, et avec ses doigts et sa salive, il guérit cet homme. Ses gestes nous conduisent assez naturellement dans le contexte de la création de l’homme, au début du livre de la Genèse, lorsqu’il est dit que Dieu modèle l’homme à partir de la poussière du sol. Ce modelage évoque un travail des mains et des doigts sur un peu de terre humide. La parole que prononce Jésus « Effata » signifie littéralement « soit ouvert », ouvre toi. Continuer la lecture de Il fait entendre les sourds et parler les muets

_