Prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte

fr flag
zh flag
en flag
it flag
pl flag
es flag
CLIQUER SUR LA LANGUE DESIREE

“N’est-il pas étonnant que Dieu se révèle ainsi dans un Nouveau-né, l’être le plus fragile au monde, le plus vulnérable ?”

Lectures : La Sainte Famille

Dans la tradition chrétienne, Noël, c’est la manifestation de la tendresse de Dieu pour l’humanité. N’est-il pas étonnant que Dieu se révèle ainsi dans un Nouveau-né, l’être le plus fragile au monde, le plus vulnérable ? Dieu se révèle dans une naissance, celle de Jésus dont le nom signifie « Dieu sauve, Dieu délivre. » Dieu se révèle dans la tendresse d’une naissance et non dans la violence, dans la haine, dans la destruction. Noël aujourd’hui comme voici plus de 2 000 ans, éclaire d’une lumière nouvelle l’aventure humaine, Promesse de vie, de paix et d’Amour. Tout cela, n’est réalisable que grâce au « oui » d’une femme appelée Marie dont nous célébrons aujourd’hui comme la « Mère de Dieu ».

Cette solennité qui est célébrée le 1er Janvier de chaque année est aujourd’hui célébrée le 29 Décembre. Cette anticipation est due à l’évolution du calendrier chrétien qui, au cours des années liturgiques, change sans cesse. Cette célébration exprime, pour nous, la vénération que nous devons à cette « Dame, fille d’Israël » d’avoir trouvée grâce aux yeux de Dieu par l’Incarnation de son Fils en son sein. Ne disons-nous pas, « Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, vrai Dieu né du vrai Dieu, par l’Esprit Saint a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait homme ».

C’est en ces termes qu’est proclamé le symbole de foi. L’expression « Sainte Marie, mère de Dieu » ne peut se comprendre qu’à travers l’événement Jésus-Christ. De ce fait, nié à Marie le « titre de Mère de Dieu » serait un peu comme nier l’existence même du Christ. Car ce qui est en jeu, ce n’est pas le statut de Marie, mais la réalité de l’Incarnation.

Alors par cette solennité, l’Église veut redonner à Marie son titre de « Mère de Dieu ». Car c’est par elle que le salut est entré dans le monde.

Orgue :Au grand Orgue, Guy Didier

– Entrée: Noël “Joseph est bien marié” (C. Balnastre)
Offertoire: Noël “La venue de Noël” (C. Balbastre)
Communion: Choral “Viens sauveur des païens” – des “Chorals de Leipzig” (J.S. Bach)
– Sortie: Noël sur les jeux d’Anches ‘(L.C. Daquin)

Sur wikipedia :

Les autres homélies du Père Pierre Dibi

A lire également : LA FiP de la semaine

Télécharger (PDF, 367KB)

_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *