Tout être vivant verra le salut de Dieu

“Jean-Baptiste parcourant toute la région du Jourdain est une invitation à nous mettre en marche nous aussi sans tarder.”

Lectures : 2ieme dimanche du temps de l’Avent

« Tout être vivant verra le salut de Dieu » (Lc 3, 1-6)

Depuis le péché originel où, au tout début de l’humanité Adam et Ève voulaient se faire les égaux de Dieu et entrent en conflit avec Lui, l’histoire du salut est marquée par la miséricorde et l’amour de Dieu qui n’abandonne pas ses enfants. C’est pourquoi Dieu se manifeste à Abraham, puis à Moïse. Il se choisit un peuple, le peuple d’Israël, les fils et les filles d’Abraham. Il le libère de l’esclavage d’Égypte. Pour le guider et l’instruire, il envoie les prophètes dont le dernier est Jean-Baptiste que l’évangile d’aujourd’hui nous présente.

Jean-Baptiste est présenté en marche sur les routes, en action pour annoncer la beauté de l’Alliance de Dieu avec son peuple. Il est « le Précurseur » car il prépare le chemin pour le Sauveur que Dieu a promis depuis longtemps, Jésus, dont nous célébrerons la naissance à Noël.

Jean-Baptiste prépare la venue du Sauveur. Et cette Bonne Nouvelle de la venue du Sauveur nous remplit de joie. Nous pouvons reprendre à notre compte les exclamations du livre de Baruc dans la première lecture en nous mettant à la place de Jérusalem « Quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours, enveloppe-toi dans le manteau de la justice de Dieu ».

Le Sauveur promis est venu, est mort et il est ressuscité. Il continue de venir. Dans nos années du 21ème siècle, les temps sont accomplis. Nous sommes les nouveaux destinataires du message de Jean-Baptiste. Préparons le chemin du Sauveur. C’est à nous que Jean-Baptiste parle. C’est nous qui avons à accueillir la Bonne Nouvelle qu’il proclame et à nous convertir en revivant le baptême que nous avons reçu. Le rappel de la prédication de Jean-Baptiste parcourant toute la région du Jourdain est une invitation à nous mettre en marche nous aussi sans tarder et sans hésitation dans cette nouvelle année liturgique que le Seigneur nous donne de vivre à l’école de saint Luc.

Pour nous accompagner dans notre marche, nous avons des modèles dont la deuxième lecture fait état: les Philippiens que saint Paul loue pour leur accueil du message qu’ils ont reçu de lui.

Retenons que Dieu a commencé aussi en nous, comme chez les Philippiens, son beau travail et qu’il désire le poursuivre. Nous faisons route. Nous sommes le Peuple de Dieu en marche. Ce peuple est saint, mais composé de pauvres pécheurs. Oui, ce peuple de Dieu – l’Eglise de Dieu est toujours en route, en marche.

Elle n’est pas une institution figée, mais bien le Peuple de Dieu à l’écoute des signes des temps comme le souhaite le Concile Vatican Il : « L’Église a le devoir, à tout moment, de scruter les signes des temps et de les interpréter à la lumière de l’Évangile, de telle sorte qu’elle puisse répondre, d’une manière adaptée à chaque génération, aux questions éternelles des hommes sur le sens de la vie présente et future. (Constitution L’Église dans le monde de ce temps article 4).

Comment le faire ? Plusieurs voies sont possibles. En tout cas, il faut que nous laissions l’Esprit de Dieu nous conduire et nous guider. Il n’y a pas de recette autre pour le Peuple de Dieu en route que de se laisser guider par celui qui en est l’âme et l’inspiration, car, comme le répète souvent saint Paul, l’Eglise est le Corps du Christ.

Que la Parole de Dieu de ce dimanche nous permet d’entrer dans ce chemin de l’histoire du salut qui s’accomplit en Jésus qui vient. Qui vient dans le Pain et le Vin consacrés que nous partageons et auxquels nous communions.

1. Homélie

Orgue :Au grand Orgue, Guy Didier

– Entrée: “Choral N°1” (début)
– Offertoire: “Choral N°1” (suite)
– Communion: “Choral N°2” (extrait)
– Sortie: “Choral N°3”

Sur wikipedia/musicologie :

Les autres homélies du Père Christophe_Hermanowicz

A lire également : LA FiP de la semaine

Télécharger (PDF, 939KB)

_