Veillez, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison

“Veillons, et … au travail, confiants en ce Dieu prenant notre condition humaine pour nous révéler le prix que nous avons à ses yeux.”

Lectures : 1er dimanche de l’avent – Is63,16b-17.19b ;64,2b-7/1Co1,3-9/Mc13,33-37

« Veillez, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison » (Mc 13, 33-37)

Veillez
Nous entrons dans cette période de l’Avent et nous sommes invités à nous préparer à l’avènement de Dieu dans notre humanité, à nous préparer à célébrer : la venue de Dieu en humanité, Noël, la Nativité, Dieu qui se fait Homme, le mystère de l’Incarnation.
Le Christ Jésus, Notre Seigneur est déjà venu en prenant la condition des hommes et Il viendra de nouveau revêtu de sa gloire. Au seuil de cet Avent, nous affirmons qu’aujourd’hui encore le Seigneur désire toujours venir dans notre histoire pour établir sa demeure en chacune et chacun.
Voilà pourquoi saint Marc nous invite à une attitude active d’attente, à disposer nos coeurs à accueillir le Fils de Dieu, à ne pas nous endormir, à Veiller.
Certes, Dieu sait si de nos jours ils peuvent être nombreux et angoissants nos soucis quotidiens susceptibles d’écraser nos vies, de nous faire tomber dans le découragement. Veillons, ne restons pas abattus, efforçons nous de chercher par tous les moyens à les résoudre, laissons monter en nous notre soif de vie et de son accomplissement et … mettons-nous au travail, confiants en ce Dieu prenant notre condition humaine pour nous révéler le prix que nous avons à ses yeux.
Veiller, c’est aussi nous sentir concernés, à notre petite mesure certes, par tous les combats des hommes, contre le malheur, contre la pauvreté, contre le mal, contre toutes les forces de mort dans le monde et nous y engager, confiants en cette présence de Celui qui s’est fait homme et a donné sa vie par amour pour nous et nous donne de tenir dans l’espérance, c’est-à-dire, pour ce qui compte vraiment et ne passera pas devant l’adversité.
En ce début d’Avent où est mise en oeuvre la nouvelle traduction de « Notre Père », prions avec une ferveur renouvelée le Père pour qu’il ne nous laisse pas entrer en tentation de tout cet engourdissement de cet attiédissement qui nous ferait passer à côté de sa constante « venue » parmi nous en son Fils, Dieu fait Homme.
« Prenons garde, restons éveillés »

Homélie Francis Corbière

Orgue :Au grand Orgue, Guy DIDIER

Pièce de concert de Alexandre Guilmant
– Entrée :
– Offertoire:
– Communion:
– Sortie:

Sur wikipedia :
Alexandre Guilmant

A lire également : Les autres homélies du Père Francis Corbière

A lire également la feuille paroissiale

Télécharger (PDF, Inconnu)

_https://vimeo.com/228503835

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *