Il commença à les envoyer

“Évangéliser, c’est rendre témoignage de notre belle identité d’enfant de Dieu.”
Lectures : 15ième dimanche temps ordinaire Am 7, 12-15/Ep 1,3-14/Mc 6,7-13

« Il commença à les envoyer » (Mc 6,7-13)

Il est question aujourd’hui d’aller en mission, d’aller évangéliser. « Aller en mission » : en disant cette phrase, nous pensons à ces nombreux missionnaires qui sont partis de chez nous pour aller évangéliser en Afrique, en Chine, en Amérique du Sud etc.
Ils allaient en mission à l’extérieur, aujourd’hui ce sont des prêtres et religieux, religieux africain indien et d’autres qui viennent en mission chez nous. Même si la mission continue, et je pense ici à Claire amitié et ses projets au Bénin.
Mais pour la plupart de nous, aller en mission ce n’est pas aller à l’extérieur, c’est le faire chez nous.
Comment ? Voilà la grande question.
Comme réponse, je vous lirai ses paroles de ce grand missionnaire de nos jours qu’est le pape François. Ce texte me paraît bien adapté pour comprendre le message de Jésus dans cet Évangile de l’envoi en mission des apôtres.
D’abord, « évangéliser », c’est attirer par notre témoignage.
« L’évangélisation ne consiste pas à se livrer aux prosélytisme, mais attirer à travers notre témoignage ceux qui sont éloignés, à s’approcher humblement de ceux qui se sentent loin de Dieu et de l’église, de ceux qui sont craintifs ou de ceux qui sont indifférents pour leur dire : « Le seigneur t’appelle toi aussi à faire partie de son peuple et il le fait avec un grand respect et amour » (dit le Pape dans Evangelii Gaudium) »
Deuxièmement : évangéliser, c’est travailler à créer la communion, aller à la rencontre.
« mettre l’église en état de mission nous demande de recréer la communion, car il ne s’agit pas d’une action uniquement vers l’extérieur… Nous réalisons la mission à l’intérieur et nous sommes en mission vers l’extérieur comme une mère qui va à la rencontre, une maison accueillante, une école permanente de communion ».
« Jésus, dit le pape François, nous consacre pour susciter une rencontre personnelle avec lui, qui alimente la rencontre avec les autres, l’engagement dans le monde.
Évangéliser c’est tout aussi respecter la diversité d’une grande famille ou tous et toutes ont leur place.
« L’intimité de Dieu, incompréhensible pour nous, se révèle à nous à travers des images qui nous parle de communion, de communication, de don, d’amour. Voilà pourquoi l’union que Jésus demande n’est pas une uniformité mais l’harmonie multiforme qui attire » Jésus prie pour que nous fassions partie d’une grande famille, dans laquelle Dieu est notre père et tous nous sommes frères. Cela ne se fonde pas sur le fait d’avoir les mêmes goûts, les mêmes inquiétudes, les mêmes talents. Nous sommes frères parce que, Par amour, Dieu nous a créés et nous a destinés, de sa propre initiative, à être ses enfants ses enfants (cf Ephésiens 1,5) »
Évangéliser s’est finalement rendre témoignage de notre belle identité d’enfant de Dieu.
C’est ce que nous rappelle avec force le très beau texte de Saint-Paul dans la deuxième lecture ou Saint-Paul écrit « béni soit Dieu le père de notre seigneur Jésus-Christ… Qui nous a d’avance destinés à devenir pour lui des fils par Jésus-Christ : voilà ce qu’il a voulu dans sa bienveillance, à la louange de sa gloire ». (Ephésiens 1,5–6).
C’est la même idée que reprend le pas François lorsqu’il dit :
« En se donnant, l’homme se retrouve lui-même avec sa véritable identité de fils de Dieu, semblable au père est, comme lui, donneur de vie, frère de Jésus, auquel il rend témoignage. C’est cela évangéliser, c’est cela notre révolution–parce que l’autre fois et comme toujours révolutionnaire–, c’est cela notre cri le plus profond est le plus constant. »
Donc voilà :
–évangéliser, c’est attirer par notre témoignage
–évangéliser, c’est travailler à créer la communion, aller à la rencontre.
–Évangéliser, c’est respecter la diversité d’une grande famille ou tous et toutes ont leur place.
–Évangéliser, c’est rendre témoignage de notre belle identité d’enfant de Dieu.
Louons le Seigneur de nous avoir aimés de toute éternité comme ses enfants. Et partageons cette Bonne Nouvelle avec nos frères et sœurs dans le monde où nous vivons, car l’amour de Dieu ne rejette personne. Amen !»

1. Homélie

Orgue :Au grand Orgue, Guy Didier

– Entrée: “1er mouvement de la 1ère sonate” (A. Guilmant)
– Offertoire:”Fantaisie sur un double sujet” (J.S. Bach)
– Communion: “Lamento” (A Guilmant)
– Sortie: “Sarabande” (G. F. Haendel)

Sur wikipedia :

Les autres homélies du Père Christophe_Hermanowicz

A lire également : LA FiP de la semaine

Télécharger (PDF, 141KB)

Télécharger (PDF, 258KB)

_