Homélie Père Francis Corbière-10/09/2016

Lectures : Ex32,7-11.13-14/1Tm 1,12-17/Lc15,1-32

24ième dimanche Temps Ordinaire : « Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit » (Lc 15, 1-10)

Heureux sommes-nous d’être des pécheurs pardonnés

 L’Eglise nous propose aujourd’hui la lecture des trois paraboles de la miséricorde : la brebis perdue, la pièce de monnaie égarée et l’enfant prodigue. Chacun de nous peut se reconnaître dans ces paraboles. Lequel d’entre nous, un jour, ne s’est-il jamais senti perdu en ayant l’impression que tout s’écroule autour de nous, que la vie n’a plus de sens, que l’épreuve est trop lourde, que nous ne savons pas aimer.. !  C’est alors qu’en nous “retournant”,  en nous “ convertissant”  nous prenons conscience que quelqu’un nous cherche avec amour, nous prenons conscience qu’une main, celle de Dieu miséricordieux, qui ne se console pas de nous voir nous égarer dans des impasses, nous est tendue pour nous empêcher de sombrer, pour nous relever de la détresse, pour que nous  tendions les bras vers Lui qui nous aime.

Ces paraboles de la miséricorde ne nous invitent-elles pas, alors,  à retenir trois aspects importants.

 – En premier lieu, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour espérer, pour se laisser prendre dans les bras de Dieu et être ramené à la vie. Comme le berger, Dieu part à la recherche de la brebis perdue. Comme la femme, Dieu se fatigue à rechercher la drachme égarée. Comme le Père de l’enfant prodigue, Dieu sort de sa maison pour voir si son fils n’est pas de retour.

– Un autre aspect très important, c’est la joie de Dieu quand nous retrouvons le chemin de notre vrai bonheur : la joie du berger pour la brebis perdue et retrouvée. La joie de la femme pour la pièce d’argent perdue et retrouvée. La joie du père  pour l’enfant perdu, mort et retrouvé, rendu à la vie.

 – Enfin la notion de  « retour » : retour au bercail ou retour à la maison paternelle. Nous sommes faits pour vivre avec Dieu, demeurer en son amour, nous retrouver en Lui. 

En pensant tout particulièrement à nos sœurs et frères les plus éprouvés, puissions-nous, éclairés par ces paraboles, demander les uns pour les autres, à notre Dieu tout miséricordieux, de renouveler notre espérance en Lui qui ne cesse de nous chercher et de nous retrouver pour notre bonheur et pour sa joie.

                              Francis Corbière

Samedi Homélie :

 

Orgue :Au grand Orgue, Guy DIDIER

– Entrée : “Fugue en La” (J. Pachelbel)
– Offertoire: “Fugue en Si mineur” (F. Mendelssohn)
– Communion: “Fugue en Ré” (F. Mendelssohn)
– Sortie: “Fugue en Ut” (J. Pachelbel)

Sur wikipedia :
Johann Pachelbel

Felix Mendelssohn

A lire également : Les autres homélies du Père Francis Corbière

A lire également la feuille paroissiale

Télécharger (PDF, Inconnu)

_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *