Homélie Père Christophe HERMANOWICZ-05/02/2017

Lectures : 5ème dimanche du temps ordinaire : Is58,7-10/1Co2,1-5/Mt5,13-16

 «Vous êtes le sel de la terre», image expressive, susceptible de plusieurs sens complémentaires. Au temps de Jésus, le sel servait à fertiliser la terre, comme un engrais, pour que les récoltes soient meilleures. Il était aussi utilisé pour la conservation des aliments. Mais le rôle principal du sel est de donner du goût : sans sel, tout est fade.

Le Christ nous invite donc à donner du goût à notre vie et apporter un peu de chaleur, de fraternité et d’amour là où nous sommes. Il ne suffit pas de prier et de ne pas faire de mal pour répondre à l’invitation du Christ, il faut «faire la volonté de son Père».

En plus d’ajouter de la saveur à la vie, la mission du peuple de Dieu est aussi de faire briller un peu de lumière dans notre monde, symbolisée par la chandelle que nous avons reçue à notre baptême. Sans lumière, il n’y a pas de couleur, pas de beauté, pas de vie. Jésus vivait dans une société préscientifique qui ignorait beaucoup de choses, mais il était plus proche que nous de la nature. Nous savons aujourd’hui que la lumière est une source essentielle à la vie.

«Il faut que votre lumière brille». Jésus veut que les chrétiens soient des fils et des filles de lumière dans un monde souvent rempli d’obscurité. «Une ville située sur une montagne ne peut être cachée».

Tenir notre flamme allumée devient donc une conquête journalière. Si elle s’éteint, nous pouvons la rallumer à la flamme du Christ, symbolisé dans nos églises par le cierge pascal.

Le Christ ne nous demande pas de changer le monde, mais de lui donner un peu de saveur, un peu de chaleur et de lumière car «l’homme ne vit pas seulement de pain»… (Mt 4, 4).

Si le chrétien n’est plus du sel pour un monde souvent fade et sans saveur, s’il n’est pas une petite lumière pour éclairer les ténèbres, il ne sert à rien. Le chrétien «caméléon», qui adopte toutes les modes et toutes les mentalités de l’heure, qui prend la couleur de son milieu de vie, n’a plus aucune utilité. À ceux et celles qui s’affadissent, aux chrétiens qui deviennent incolore, inodore, sans saveur, Jésus dit: «si vous voulez donner du goût et de la lumière à votre monde, vous devez être un peu différents de lui».

Un autre point important de l’évangile d’aujourd’hui : le Christ nous invite à agir ainsi non pas pour notre gloire personnelle mais pour la gloire de Dieu : «Votre lumière doit briller devant les hommes afin qu’ils voient vos bonnes oeuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux.» Ce n’est ni la gloire de la communauté, ni celle de l’Église qu’il nous faut rechercher, mais toujours et uniquement la gloire de Dieu.

Père Christophe Hermanowicz

1. Homélie

 

Orgue :Au grand Orgue, Guy DIDIER

  – Entrée: “Prélude et Fugue en Fa majeur”, Prélude (Vincent LUBECK)
– Offertoire : “Evocation à la chapelle sixtine”- extrait (Franz LISZT)
– Communion: “Lamento” (Alexandre GUILMANT)
– Sortie: “Prélude et Fugue en Fa majeur”, Fugue (Vincent LUBECK)
Sur wikipedia :

Les autres homélies du Père Christophe_Hermanowicz

A lire également : LA FiP de la semaine

Télécharger (PDF, 525KB)

_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *