D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?

“Ce salut apporté par Jésus est source de joie et de confiance à accorder à sa personne. C’est un cadeau formidable qui réjouit et comble le cœur de l’homme.”

« D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » (Lc 1, 39-45)

Lectures de ce dimanche

HOMÉLIE DU DIMANCHE 19 DÉCEMBRE 2021

Aujourd’hui 4ème dimanche du Temps de l’Avent, toujours dans cette attente de la venue du sauveur. Cette attente stressante et angoisse se réalisera dans très peu de temps. Ce Fils Sauveur que le monde attend, viendra pour révéler l’amour infini du Père pour l’humanité. C’est donc cette ambiance qui règne dans la 1ère Lecture de ce jour. Michée le prophète rassure le peuple meurtri et humilié, qu’un sauveur sortira de son sein « du clan de Juda ». Cette parole du prophète montre à quel point les projets de Dieu sont insondables. Dieu fait sortir du « petit reste : Juda » un sauveur pour l’ensemble du peuple. Avec Dieu, c’est une autre dimension de la vie qui s’ouvre. Il rend à l’existence, l’impossible. C’est qui est humilié et faible est, l’ouvrage principal par lequel Dieu se sert pour révéler sa puissance. Cette approche de Dieu nous dit qu’aujourd’hui rien n’est impossible à celui qui met sa foi en Lui. Car ce Jésus que nous attendons et qui révèlera l’amour infini du Père est celui qui, autrefois s’était incarné dans ce monde. Cet évènement du passé qui s’actualise dans notre aujourd’hui à la lumière des réalités du vécu, nous dit à quel point Dieu est encore solidaire de l’humanité. Continuer la lecture de D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?

Que devons-nous faire ?

“Seule l’attente est génératrice de joie authentique. C’est le cas précisément de la joie chrétienne de Noël. Elle consiste à se réjouir de ce qui commence, de ce qui bourgeonne.”

Lectures :

III Dimanche de l’Avent – Lc 3, 10-18

Les spécialistes dans la communication nous informent que notre vie en dit beaucoup plus que les mots que nous employons. En fait, seul un très faible pourcentage (environ 7%) de notre communication dépend des mots que nous utilisons. Le reste est rendu, souvent inconsciemment, par nos gestes et par le ton, les accents et les silences. C’est pourquoi nous pouvons parfois être surpris que, malgré ce que nous disons; malgré des phrases bien construites et réfléchies, nous faisons passer un message complètement différent de nos intentions. Il peut alors être utile de se demander de temps en temps ce que dit aux autres ma vie…?

Oui, notre manière de vivre nous révèle inévitablement, et l’évangile de ce dimanche semble nous dire que c’est la vie, et n’est que la vie (ma vie) – est un lieu théologique, c’est-à-dire un espace à travers lequel Dieu se manifeste ou non! Voilà pourquoi ceux qui viennent auprès de Jean le Baptiste pour le questionner ne l’interroge pas sur ce qu’ils doivent dire, mais bel et bien sur ce qu’ils doivent faire. Continuer la lecture de Que devons-nous faire ?

Préparez le chemin du Seigneur

2ème dimanche de l’Avent : Année C

Tout être vivant verra le salut de Dieu.

Lectures du jour : 

Mes amis, en ce moment où la pandémie flambe à nouveau, où la violence mortifère détruit tant d’êtres humains partout dans notre monde, où la globalisation de l’indifférence laisse sur le carreau tant de nos frères et sœurs, où tant de migrants ne sont même plus respectés dans leur dignité, comme nous le rappelle, encore, notre pape François dans son voyage à Chypre, où la misère menace tant d’êtres humains, où notre église, aussi, est profondément secouée et où nous-mêmes connaissons notre lot de soucis, de difficultés, de péchés, voilà qu’une importante commission européenne à Bruxelles, se préoccupe pour savoir comment effacer le mot de Noël ! Nous ne serions pas en peine de lui proposer quelques idées : nous souhaiter un joyeux solstice, en cette saison attendre le père d’hiver et manger la dinde de décembre !

Comment pourrions-nous nous arrêter à toutes ces fadaises ridicules de la pensée unique, alors que la tristesse du mal qui règne dans notre monde paralyse, entrave, cabosse, décourage tant de vies humaines. Dans notre espérance Chrétienne, demandons de croire, croyons que le monde peut quitter sa robe de tristesse et de misère pour revêtir la parure de la gloire de Dieu, accueillons sa miséricorde qui prend en charge notre vie avec ses misères pour être transfigurée. Surtout, comme notre pape nous le rappelle : Ne nous laissons pas voler l’espérance. Continuer la lecture de Préparez le chemin du Seigneur

Messes : Lundi 9h; mardi-vendredi à 12h15 ; samedi 18h30 ; dimanche 10h30