Heureux : Huit jours plus tard, Jésus vient

“La confiance éclaire notre regard, elle nous permet de voir, non avec les yeux de chair, mais avec le cœur. “

Lectures : Dimanche de la Divine Miséricorde : Ap4,32-35/1Jn5,1-6/Jn20,19,31

« Huit jours plus tard, Jésus vient » (Jn 20, 19-31)

« Heureux ! »
L’Évangile d’aujourd’hui interpelle notre foi. Le nom de Thomas signifie « jumeau » et nous sommes tous, pour une part les jumeaux de Thomas. Thomas a besoin de voir pour croire. Son attitude nous délivre un message important. Thomas est un homme qui se qui ne se laisse pas prendre par des belles paroles ; il n’entend pas suivre n’importe quel gourou ; il a besoin de faire fonctionner son intelligence ; il a besoin de comprendre. Il a raison. Dieu ne nous demande pas d’abandonner notre intelligence pour suivre le Christ.

Tout au contraire, il nous demande de chercher toute notre vie, chacun selon ses moyens à approfondir notre foi. Dieu ne nous demande pas de ne pas chercher à comprendre, mais il nous appelle à dépasser le questionnement par la confiance. Il nous demande cette chose précieuse qui vient du cœur, la confiance parce que c’est ce qui nous fait vivre. C’est elle qui permet comme Thomas de crier « Mon Seigneur et mon Dieu ». C’est cette confiance qui va éclairer notre regard, c’est elle qui nous permet de voir, non avec les yeux de la chair, mais avec ce regard intérieur. Voir avec les yeux du cœur, c’est être habité par un désir, désir de vérité qui nous donne de reconnaître et d’interpréter les petits signes qui parlent de Dieu et qui jalonnent nos vies. C’est le sens de la béatitude qui conclut l’entretien entre Jésus et Thomas : « heureux ceux qui croient sans avoir vu ». La confiance est source de joie. Personne ne nous oblige à croire au Christ mort et ressuscité pour nous les hommes et pour notre salut. Personne ne nous oblige à dire que notre seigneur et notre Dieu est le crucifié ressuscité. Mais si comme Thomas nous avons fait le pas et reçu la grâce d’y croire, alors nous voilà chargés d’une joie à annoncer et à répandre : oui, heureux sommes-nous ! Si, comme Thomas, nous osons sans aucune autre preuve que sa parole faire du Ressuscité le seigneur et le Dieu de notre vie qui a le cœur percé et les mains ouvertes et tendues vers toutes les plaies des hommes et qui nous envoie à nous montrer croyants, en allant à notre tour, toucher les plaies des hommes.

 

Homélie Francis Corbière

 

Pendant ce temps… À la cathédrale Notre-Dame :

Dimanche In Albis

Dimanche in Albis (photo et texte Evelyne Duvaleix)

” Ce 8 Avril, Dimanche de la Divine Miséricorde était également le ”Dimanche in Albis” ( en blanc) pour les néophytes ( Baptisés de la Vigile Pascale) .

Après la catéchèse joyeuse, mais profonde,
donnée par Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, les néophytes ont participé à la messe présidée par Mgr Thibault Verny ,évêque auxiliaire, à Notre Dame de Paris.

Cette dernière étape les achemine vers la fin de leur parcours catechumenal.
Ils sont maintenant appelés à vivre en plénitude leur vie de chrétiens.


Orgue :Au grand Orgue, Guy Didier

Les “Petits préludes et Fugues” de Jean-Sébastien Bach

– Entrée: “Prélude et Fugue en La mineur”
– Offertoire: “Prélude et Fugue en Sol majeur”
– Communion: “Prélude et Fugue en Ut majeur”
– Sortie: “Prélude et Fugue en Ré mineur”

Sur wikipedia :

Georg Friedrich Haendel

A lire également : Les autres homélies du Père Francis Corbière

A lire également la feuille paroissiale

Télécharger (PDF, 416KB)

_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *