Pitié

Ce mot a aujourd’hui une résonance péjorative, il évoque souvent la condescendance. A l’origine il signifiait être touché et ému dans toute sa sensibilité. Dans l’évangile, le mot pitié est employé surtout à propos de Jésus et suggère un sentiment profond qui prend aux entrailles pour se traduire par un geste de miséricorde, un geste de salut. (Marc 6 ; 30-34). En Dieu, la compassion et la pitié sont une seule et même réalité: c’est son amour miséricordieux. C’est aussi bien à l’une qu’à l’autre que nous faisons appel quand nous disons « Seigneur prends pitié » dans le kyrie eleison au début de la messe.

Source : eglise.catholique.fr/glossaire/pitie/

_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *