Fête du Corps et du Sang du Christ

fr flag
en flag
pl flag
es flag
CLIQUER SUR LA LANGUE DESIREE

“Eucharistie signifie action de grâces. Or de quoi sommes-nous invités à remercier, à rendre grâces à la messe ?

Jésus nous rassemble tous en un seul corps; Il fait de nous les membres de son corps d’humanité dans le monde”

Lectures du jour : 

La fête du Corps et du Sang du Christ, en cette période pendant laquelle s’est modifié, pour beaucoup, le lien au sacrement dominical, nous donne l’occasion de réapprofondir le sens de notre participation à l’eucharistie. A chaque messe nous faisons mémoire de ce dernier repas où Jésus, donnant sa vie, partageant avec ses apôtres le pain et le vin, les invitait : « faites cela en mémoire de moi ».

Eucharistie signifie action de grâces. Or de quoi sommes-nous invités à remercier, à rendre grâce à la messe ? Si nous avons à rendre grâce à Dieu, c’est Lui qui nous en donne la possibilité : N’est-ce pas pour le don que Jésus fait de son Corps et de son Sang versé pour la multitude afin de nous conduire au Père et qui scelle la Nouvelle Alliance de Dieu avec toute la création ?

A la préface, nous sommes invités à rendre grâce pour ce que, dans le passé, Dieu a fait tout au long de l’histoire du salut avec Abraham, Moïse jusqu’au don ultime de Lui-même, à travers le « corps historique et glorieux du Christ », mort sur la croix et ressuscité par Dieu, le Père.

Lors de la prière eucharistique, l’Esprit Saint réalise la présence sacramentelle du Christ, c’est son « corps eucharistique », présent  pour se donner : « Prenez, ceci est mon Corps ; Ceci est mon Sang, le sang de l’Alliance répandu pour la multitude ». Lorsque Jésus dit : « C’est mon corps, c’est mon sang », c’est comme s’il disait : C’est toute ma vie, tout mon être, toute mon existence que je vous livre ainsi, c’est mon être tout entier. Il est là présent, tout donné à son Père, totalement donné pour « vous » et « pour la multitude », non pas, d’abord, pour être adoré maispour se donner, pour qu’en ayant part au corps et au sang du Christ, nous soyons rassemblés par l’Esprit Saint en un seul corps, pour que nous devenions son « corps ecclésial ». Quand nous communions, le Christ-Jésus s’unit à nous, nous communions à sa personne vivante, nous sommes assimilés à Lui. Le Christ qui se donne, nous donne de communier à son amour, mais Il le fait comme on partage un pain, le pain en tant que rompu, la fraction du pain pour la communion entre tous. Le Christ-Jésus nous rassemble tous en un seul corps; Il fait de nous les membres de son corps d’humanité dans le monde. Il nous fait membres les uns des autres. Dans chaque eucharistie, sous le signe du pain et du vin, de l’humble nourriture,   nous apprenons de Lui le sens du véritable amour : donner notre vie pour faire vivre. Il nous donne sa vie pour, qu’à notre tour, nous donnions, sans naïveté, mais vraiment comme humbles serviteurs, notre vie pour les autres, engagés, à sa suite, sur le chemin du don de soi et du service fraternel en faveur d’autrui.

Ne sommes-nous pas, alors, tous concernés par les paroles de ce chant bien connu : « devenez, ce que vous recevez » .

Père Francis Corbière

Autres homélies du Père Francis

fip_6_juin_21