Ceci est mon corps, ceci est mon sang

“L’Eucharistie est un don que Dieu nous fait pour nous donner la force de répondre à son sacrement d’amour.”
Lectures : Saint Sacrement Ex24,3-8/He9,11-15/Mc14,12-16.22-26

« Ceci est mon corps, ceci est mon sang » (Marc 14, 12-16.22-26)

Ce dimanche, la fête du corps et du sang du Christ nous est offert comme un bouquet final de Pâques ! L’Eucharistie, cette source est ce don si essentiel à nos vies de baptisés et à la vie de la communauté chrétienne. Sans L’Eucharistie, la foi se meurt, la charité s’affadit, et l’espérance s’essouffle. Nous en faisons, hélas, douloureusement l’expérience aujourd’hui. Nous sommes témoins d’un abandon, bien souvent dans nos propres familles, qui n’est pas seulement une rupture de fidélité et une perte de repères et de sens pour tous ceux qui partent, mais aussi une blessure et un manque pour ceux qui tentent de rester fidèles. Sans l’Eucharistie il n’y a plus de vie d’église et le souffle de l’Évangile lui-même se dilue.
Le soir du jeudi Saint, la veille de sa mort, Jésus invite ses disciples à préparer le repas pascal qui est chaque année pour nos frères juifs et qui reste pour nous aussi un moment essentiel de notre vie de croyants.
C’est au cours de ce repas festif, préparé par les apôtres, que Jésus va nous laisser le signe le plus fort de sa présence au milieu de nous. Ce soir-là, dans son testament, il leur dira aussi : « je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ». Et en partageant le pain et en nous offrant la coupe de vin au cours de ce repas de fête, il concrétise ses promesses : « c’est mon corps offert et c’est mon sang versé par amour pour vous que je vous donne pour faire mémoire de moi ».
L’Eucharistie est le sacrement de la mémoire de l’amour de Dieu, mais c’est aussi un don que Dieu nous fait pour nous donner sa force pour répondre à cet amour : « comme je vous ai aimé, vous aussi, aimez-vous les uns les autres ». C’est une éternelle invitation à construire notre humanité et non à la détruire.
Les évangélistes nous offrent trois récits de l’institution de L’Eucharistie : les récits de Marc, de Luc, de Matthieu. Saint-Jean remplace l’institution de L’Eucharistie par le lavement des pieds. Le Seigneur est un dieu de tendresse, de miséricorde et de réconciliation. Le soir du jeudi saint, en plus de partager avec ses disciples le pain et le vin, il s’est mis à leur service, il leur a lavé les pieds. Il a demandé de se souvenir de juste de ce geste d’amitié : « faites ceci en mémoire de moi… Faites comme moi j’ai fait pour vous »… Il ne s’agit pas d’une mémoire figée, paralysante, mais d’une mémoire dynamique et ouverte, qui nous invite à faire des choses nouvelles, à nous impliquer dans notre monde pour le rendre meilleur.
Chaque eucharistie, c’est un nouvel envoi en mission, pour aller porter au monde la parole de Dieu et témoigner de son amour. C’est une mission qui prend corps d’abord à l’intérieur même de chaque eucharistie dans la ferveur de notre prière mais aussi dans la joie de l’accueil fraternel, de la convivialité et de l’amitié partagée et dans notre témoignage. Oui, l’Eucharistie a toujours un lien direct avec notre vie quotidienne. À la fin de chaque messe, le célébrant nous renvoie à nos familles, à nos maisons, à notre milieu de vie : « allez dans la paix du Christ. »
Que cette fête du corps et du sang du Christ, cette fête de L’Eucharistie nous donne mieux de connaître Dieu, qui nous aime et nous considère comme ses propres enfants. Qu’elle redonne un sens à notre vie et augmente en chacun de nous la foi, l’espérance et la charité. Amen.

1. Homélie

2. Procession

Orgue :Au grand Orgue, Guy Didier

– Entrée: “prélude improvisé”
– Offertoire:”Panis Angelicus” (C. Franck), voix Jacqueline Richard
– Communion: “Mortifie-nous par ta bonté”, Cantate 22 (J.S. Bach)
– Sortie: “Gigue”, transcription pour orgue (G. F. Haendel)

Sur wikipedia :

Les autres homélies du Père Christophe_Hermanowicz

A lire également : LA FiP de la semaine

Télécharger (PDF, 639KB)

_